mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
La nuit du hand: une Première réussie !
La nuit du hand: une Première réussie !
1 Juin 2012 | France
Le palmarès couronne les deux champions de France de la saison, Montpellier chez les garçons et Arvor-Brest chez les filles. Une suite logique diront certains tant la domination de ces deux clubs a été totale sur le sol national depuis le mois de septembre. Valero Rivera le Nantais venu d'Espagne et Alexandra Lacrabère, la Paloise exilée en Bretagne sont les grands gagnants de cette première nuit du handball. 

Mixité. Le terme est à la mode et le handball français s’en accommode enfin après de trop longues années où garçons et filles se côtoyaient sans jamais vraiment se rencontrer et échanger. En cette année olympique où les deux équipes tricolores se retrouveront à Londres pour tenter de ramener une médaille, le petit monde du jeu à 7 national s’est retrouvé ce vendredi à Bobino pour célébrer ses récipiendaires. 

Le palmarès masculin

 

Meilleur ailier droit
- Dragan GAJIC (Montpellier)



Meilleur ailier gauche
- Valero RIVERA (Nantes)
"C'est mon 1er trophée depuis que je suis arrivé en France et c'est une réelle satisfaction. Je suis dans un club qui veut encore aller de l'avant et nous avons de réelles ambitions pour la saison prochaine. Le fait d'avoir décroché la 4ème place pour l'Europe en est la meilleure preuve. Désormais place à la prépa olympique avec la sélection espagnole. Vu le nom que je porte, c'est encore plus dur de se faire une place. Il va falloir que je sois très performant pour convaincre mon entraîneur de père. Il est très sévère envers moi et me demande beaucoup plus qu'à un autre joueur. Mais il a raison."

Valero Rivera Jr est le grand vainqueur de cette nuit du handball puisqu'il remporte également le trophée du meilleur joueur de l'année. Présent parmi les invités, son père, le sélectionneur national espagnol n'était pas peu fier de la réussite de son rejeton. De là, se laisser tenter pour l'incorporer sans examen de passage à l'équipe ibérique qui ira défendre ses chances aux prochains J.O, c'est une autre affaire. 


Meilleur arrière droit
- Xavier BARACHET (Chambéry) 
"Je pourrais être blasé mais c'est mon 2ème trophée consécutif et j'apprécie beaucoup surtout avant de quitter Chambéry pour Madrid. J'aurais préféré gagner un titre avec mes partenaires et ne pas être récompensé individuellement. Mais c'est toujours bon à prendre et j'en suis très fier."

Une indiscrétion a fait rougir l'arrière droit de l'équipe de France quand le présentateur de la soirée l'a questionné sur le surnom qui était désormais le sien. Xavier chez les Experts, on l'appelle désormais "Charmant". Le Niçois a remercié au passage Cédric Sorhaindo, le pivot "barcelonais" des Bleus de lui avoir trouvé ce surnom qui lui colle désormais à la peau mais qui lui va si bien... N'est-ce pas mesdemoiselles ? 


Meilleur arrière gauche
- Jérôme FERNANDEZ (Toulouse)
Absent pour un motif imparable, le mariage de son petit frère à Besançon, le capitaine de l'équipe de France et fer de lance de Toulouse avait laissé un message-video à l'attention de l'assistance, faisant part d'une très grande fierté avec l'attribution de ce trophée. 


Meilleur demi-centre
- Edin BASIC (Chambéry) 

 

Meilleur pivot
- Issam TEJ (Montpellier)

2012 est une bonne année pour le bouillant pivot montpelliérain. A son palmarès, les quatre compétitions nationales dont un 14ème titre de champion de France mais également un Coupe d'Afrique des Nations et une qualification aux Jeux de Londres avec l'équipe de Tunisie. "C'est vrai que ce trophée est une récompense supplémentaire. Je suis sur un petit nuage, sur le plan individuel, c'est une très belle chose. Le championnat français est de plus en plus relevé, on nous annonce l'arrivée d'investisseurs à Paris, ils veulent monter une grande équipe donc la concurrence va être à la hauteur et ce sera plus difficile pour Montpellier de dominer autant. Mais on sera toujours au rendez-vous car on n'est jamais rassasié."


Meilleur gardien
- Cyril DUMOULIN (Chambéry)
"Cela fait bizarre d'être dans la peau du lauréat car ces derniers temps, on a plutôt terminé à la 2ème place avec Chambéry. Je voudrais associer la défense à ce trophée et notamment Benjamin Gille avec qui j'ai des affinités depuis très longtemps. En 98, nous partagions le même quotidien au sport-études de Chambéry. Maintenant, mon objectif c'est bien-sûr l'équipe de France. Tout reste à savoir si je rentre dans les critères de sélection de Claude Onesta. Je ne maîtrise pas la réponse à la question. Je me dis que tant que je bosserai, un jour, ça finira par payer." 


Meilleur défenseur
- Rock FELIHO (Nantes)
"L'essentiel était de bien terminer la saison surtout que je change d'horizon puisque je pars à Toulouse. Je laisse Nantes qualifié pour une coupe d'Europe et ça, ça me tenait à coeur. Certes, les Nantais perdent leur meilleur défenseur mais c'est la vie. Je tourne une page avec le sentiment d'avoir fait le boulot."


Meilleur espoir:
- Hugo DESCAT (Créteil) 
"C'est un bon petit cadeau pour la belle saison vécue à Créteil. Dans cette catégorie, Benjamin Afgour et Diego Simonet étaient de sérieux rivaux. Je pense que c'est ma régularité qui a été récompensée mais si j'ai pu en arriver là, c'est grâce à mes partenaires de club. L'entraîneur Benjamin Pavoni est aussi un des acteurs de ma réussite."


Meilleur entraîneur
- Patrice CANAYER (Montpellier)
Comment éviter cette saison Patrice Canayer ? Avec Montpellier, il a commencé en septembre à remporter le Trophée des Champions, en décembre la Coupe de la Ligue, quelques mois plus tard, la coupe de France et dernièrement, le Championnat. Même si Montpellier n'est toujours pas au rendez-vous du Final Four de la Ligue des Champions, l'entraîneur (qui rappelons-le, est le seul à avoir gagner l'épreuve européenne en 2003) entamera dès cet été, sa 19ème saison à la tête du club héraultais. "Je tiens à partager cette récompense avec tout le staff technique du MAHB. On a joué cinq compétitions à fond, on en gagne quatre, on a été en difficulté en coupe d'Europe même si on a fait d'excellents matches, on a été un peu inconstant dans cette épreuve mais ça restera comme une très belle saison de Montpellier." Montpellier n'est pour le moment pas inquiété sur le sol français mais la concurrence s'organise, notamment du côté de la capitale où dans les prochains jours, un accord devrait être trouvé avec les responsables de QSI (Qatar Sports Investissements). Très attentif à tous ces mouvements, Patrice Canayer continue son travail comme il l'a toujours fait. "Plus la concurrence est rude, plus ça vous oblige à vous remettre en question. Sur les onze dernières années, on a gagné dix titres de champion de France mais on sait que cela va être de plus en plus dur. Pour les investisseurs qataris, c'est une très bonne chose mais qui cette saison, a remporté le championnat de France de foot ? Dites-le vous même, ça me fera plaisir... (ben... euh... c'est Montpellier) et en face, il y avait le PSG avec l'argent des Qataris. Certes, nous ne sommes qu'une modeste ville de province mais nous savons nous battre."

Le palmarès féminin



Meilleure ailière gauche 
- Siraba DEMBELE (Toulon st-Cyr)
"Même si j'avais déjà remporté ce trophée, c'est toujours avec le même plaisir que je reçois celui-ci. Je savoure à chaque fois d'autant que cette année, avec Toulon, nous avons décroché la coupe de France. Mais c'est toujours une surprise car le niveau des filles va crescendo et c'est de plus en plus difficile de se faire une place parmi les premières. Je vais tourner une page car je quitte la France pour le Danemark. Avant il y a l'équipe de France et la perspective des Jeux."


Meilleure arrière gauche 
- Christiane MWASESA (Toulon St-Cyr)


Meilleure demi-centre
- Julija NIKOLIC (Arvor)


Meilleure arrière droite et meilleure joueuse de l'année
- Alexandra LACRABERE (Arvor)
"C'est la 1ère fois que j'ai une distinction de ce genre et en plus, elle est double. Je pense que c'est le reflet et l'épilogue des deux saisons que je viens d'effectuer avec Arvor. Je n'ai pas été blessée et le moral est allé de pair. On a gagné la coupe de la Ligue, le championnat, désormais on vise le triplé mais bon, Toulon est toujours notre bête noire en coupe de France ! Là, je vais couper un peu car j'ai vraiment besoin de vacances."


Meilleure Espoir
- Coralie LASSOURCE (Issy-Paris)

Après avoir pris la pose avec Philippe Bernat-Salles, le président de la LNH, la jeune ailière gauche d'Issy et de l'équipe de France juniors est apparue toute rayonnante lorsque nous l'avons rencontrée...
"Je suis bien sûr très heureuse, je ne m'y attendais pas du tout. Ca couronne la super saison qu'on a faite avec Issy. On est arrivé en finale, on a sans doute déjoué tous les pronostics même si nous sommes déçues d'avoir perdu cette finale. Je suis aussi fière pour toutes mes partenaires avec qui je vais partager ce trophée."



Meilleure ailière droite
- Audrey DEROIN (Toulon St-Cyr)
"C'est un plaisir de recevoir pour la 1ère fois ce trophée. Cela fait seulement deux ans que j'évolue à l'aile et au début, cela n'a pas été évident de trouver mes repères. J'espère que ceux qui ne croyaient pas en moi vont changer d'avis. J'ai travaillé toute la saison comme une malade. Là, malgré quinze jours de "vacances" je vais continuer à bosser avant la prépa pour les J.O. Je ne veux rien perdre de mes capacités."


Meilleure pivot
- Julie GOIORANI (Arvor)
"C'est fou ce qui m'arrive. Quand je me suis blessé il y a deux ans, je ne m'imaginais pas revenir à ce niveau. Mon genou en a pris un coup mais c'est de l'histoire ancienne. Cette saison, on gagne la coupe de la Ligue, le championnat et j'ai ce trophée, c'est génial. En plus, sur ce poste, il y avait une sacrée concurrence. Avec le club, on espère rester en D.1 et participer à la Ligue des Champions. Le fait que le foot brestois vienne à notre rescousse est une sacrée bonne nouvelle." 


Meilleure gardienne
- Cléopâtre DARLEUX (Arvor)
"En ce moment, je n'arrête pas. Il y a eu cette saison exceptionnelle avec Arvor, la qualif pour les Jeux et pour l'Euro et bientôt la prépa en vue de Londres. Nous attendons aussi la décision et ce que nous réserve l'avenir concernant la situation du club de Brest. Ce qui est clair, c'est que je ne jouerai pas en D.2 la saison prochaine. J'ai déjà reçu quelques propositions venant de l'étranger. Mon copain (Rémy Gervelas) ayant signé à Ivry, beaucoup me voit revenir à Issy... Ce ne sera pas pour la saison à venir car le club a déjà deux bonnes gardiennes. J'espère que Arvor ne va pas payer les bêtises des anciens dirigeants et qu'on pourra repartir au plus haut niveau, Ligue des Champions comprise."


Meilleure Défenseuse
- Nina KANTO (Metz)
"Je voudrais rendre hommage à Bertrand François, mon ancien entraîneur et surtout à Isabelle Wendling. Grâce à eux, j'ai pu progresser au poste de pivot et notamment en défense. Mais je ne peux pas m'empêcher de trouver paradoxal que l'on décerne des trophées individuels à des athlètes qui évoluent dans un sport collectif. La perf en handball n'est jamais liée à une seule personne. J'ai longtemps hésité à rester à Metz. J'avais la sensation d'être conservée comme un vieux tableau, celui qui fait partie de la pièce et qu'on ne décroche jamais. Mais bon, il y avait ma famille installée sur place, j'ai recherché l'équilibre pour mon fils et j'ai décidé de rester. Là, il y a l'objectif olympique. Si je pouvais me retrouver à Londres sans faire la prépa, ça serait génial mais Olivier (Krumbholz) ne va pas être d'accord (rires)"


Meilleur entraîneur
- Laurent BEZEAU (Arvor)
"C'est plutôt une bonne soirée pour le club même si avec six trophées, ce n'est pas la razzia. C'est l'équipe qui a gagné le titre qui a été honorée donc cela répond à une certaine logique. Les joueuses sont récompensées de leur travail et de leur état d'esprit. Mais pour le club, c'est un autre challenge qui démarre car loin du terrain, il va falloir se bagarrer pour rester au sein de l'élite. On va en savoir plus dans les prochains jours."


Meilleure paire arbitrale
Thierry DENTZ - Denis REIBEL

Les deux Alsaciens affichaient un large sourire lorsqu'à l'appel de leur nom, ils sont montés sur la scène de Bobino recevoir leur récompense. Lorsqu'ils en sont descendus, ils avaient une mine moins réjouie. Les statuettes qui leur ont été remises portaient le nom de deux leurs collègues du corps arbitral, Nordine Lazaar et Laurent Reveret. Ce petit couac sera la seule fausse note de la soirée. Nos amis Thierry et Denis qui ont un sens de l'humour très aiguisé ont déjà oublié ce qui va s'apparenter à un gag. C'est tout à leur honneur car de l'avis général, cette première nuit du handball était, comme dirait Jean-Pierre "une sacrée soirée" bien réussie !
© Yves Michel
Partager sur Facebook
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités
Pari de handball stakers.com