mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Kévynn Nyokas trouve sa voie à Chambéry
Kévynn Nyokas trouve sa voie à Chambéry
27 Juin 2012 | France > LNH
Il a suffit de trois avis médicaux divergents et Kévynn Nyokas qui devait dès le mois d'août, enfiler la panoplie du Montpellier AHB, se retrouve pour les 3 saisons à venir à Chambéry. Du coup, Montpellier recrute l'Espagnol Malmagro. 

Jusque-là sur le marché des transferts, Paris avait pris toute la lumière, laissant même filer dans un silence assourdissant, les rumeurs les plus folles. Et voilà que ce mercredi matin, plus qu’une nouvelle rumeur, nos confrères de L’Equipe ont changé l’orientation des projecteurs vers Montpellier et surtout Chambéry. Pour une information qui au départ, en a étonné plus d’un dans le microcosme du handball national. 

Kévynn Nyokas qui avait signé depuis 2011 un contrat de trois ans (jusqu’en 2015) avec Montpellier, ne passera même pas par l’Hérault et ira renforcer… Chambéry. L’arrière droit international fait un virage à 180 degrés. Ou plutôt, c’est Montpellier qui a mis un terme à l’idylle. « Il se trouve que la visite médicale que Kévynn a passée dans nos murs n’a pas été positive, nous a expliqué Rémy Lévy, le président du MAHB. Les examens ont été assez poussés et nos médecins ont émis des réserves sur l’état physique du joueur. Dans ces conditions, on a décidé de ne pas donner suite et de le libérer de toutes contraintes contractuelles.» Kévynn Nyokas n’est pas resté sans club très longtemps. Bien décidé toutefois à s’entourer de toutes les précautions médicales nécessaires, Chambéry s’est donc mis sur les rangs. « De notre côté, précise Alain Poncet, le président de Chambéry, il n’y a eu aucune difficulté. Le staff médical de l’équipe de France considérant que le joueur était apte, diagnostic validé par nos propres médecins, nous n’avons pas hésité une seule seconde. On ne l’a pas fait signer sur sa « gueule » (sic). C’est un bon jeune joueur à fort potentiel qui fait sa prépa avec l’équipe de France donc pour nous, c’est une sacrée aubaine. » Que s’est-il donc passé ? Blessé au niveau du pubis courant février-mars, Kévynn Nyokas avait repris la compétition l’espace d’un match contre Toulouse avant de rechuter, de se soigner et de retrouver ses camarades du Paris Handball à la mi-mai pour les trois derniers matches de championnat. Rien ne laissait présager la décision montpelliéraine et surtout ce revirement de situation. Le club héraultais n’a semble-t-il voulu prendre aucun risque, échaudé, il est vrai ces dernières années, sur ce poste d’arrière droit, par les expériences peu convaincantes avec le Bosnien Obradovic, hors de forme et le Tunisien Hammed, arrivé blessé. 


Joint à la Toussuire, Kévynn Nyokas a tenu à nous faire partager son sentiment sur les dernières péripéties qui le conduisent finalement vers Chambéry. 

Kévynn, tu es déçu que cela ne puisse pas se faire avec Montpellier ? 
Montpellier a jugé que je n’étais pas apte à entamer une préparation, je respecte leur décision mais je m’en tiens surtout aux autres avis que j’ai reçus. Notamment celui du staff médical de l’équipe de France. 

Et tu te retrouves à Chambéry !
Je suis vraiment très honoré. Chambéry m’accorde une grande confiance. L’équipe s’est renforcée avec l’arrivée des frères Gille que je côtoie en équipe de France, elle joue en Ligue des Champions et je veux montrer à tout le monde que je suis en pleine forme et que je n’ai pas de problèmes de santé. A Chambéry, j’ai senti un staff beaucoup plus proche du joueur, plus à l’écoute de ce que je souhaitais pour mon avenir. Je suis vraiment fier d’être savoyard la saison prochaine. 

Quand tu as appris que tu ne serais pas montpelliérain, c’est un rêve qui s’est écroulé ? 
J’ai un peu été secoué par ce diagnostic médical mais je savais que j'allais rebondir. J'ai beaucoup discuté avec mon frère Olivier, ma famille, mes proches. Comme j’ai l’habitude de fonctionner à la confiance,  je n’ai pas senti une sorte de réciprocité de la part de Montpellier. Je peux les comprendre car ils ont déjà un joueur blessé à ce poste (ndlr : Vid Kavticnik gravement blessé au genou et absent jusqu’à la fin de l’année civile) mais on peut se souvenir du cas du footballeur Loïc Rémy qui dans un premier temps présentait une anomalie cardiaque mais qui ensuite, a eu le feu vert pour jouer. Ce sont des points de vue différents. J’ai consulté des spécialistes sur Paris qui m’ont largement rassuré sur ma reprise et mon état de santé, ceux de l’équipe de France et de l’équipe de Chambéry sont allés dans ce sens, je ne veux pas polémiquer avec Montpellier, le plus important, c’est que je sois en pleine possession de mes moyens. 

A la Toussuire, avec les Bleus, tu es dans ton élément ? 
J’ai fait tous les exercices physiques sans traitement de faveur. Sans me vanter, au saut je suis parmi les meilleurs avec Luc Abalo, c’est pareil au niveau de la force. J’ai tenu le rythme au cours des séances à 4 contre 4 où on court énormément, il n’y a vraiment aucun problème. Si je ne suis pas pris aux Jeux, cela ne sera pas à cause d’un souci physique mais simplement parce que le choix tactique de Claude Onesta sera différent. Mais j’estime que j’ai toutes mes chances. C’est le 1er gros stage que je partage avec l’équipe de France, c’est très intense au niveau de la charge de travail, j’apprends énormément au contact de tous les joueurs. Au niveau de la rigueur, de l’alimentation, des soins, du sommeil, c’est très enrichissant. En étant ici, j’ai déjà beaucoup gagné. 


Montpellier se met sur la filière espagnole

Nyokas non retenu, le club champion de France a aussitôt cherché  une solution de remplacement et l’a trouvée en s’attachant les services de Cristian Malmagro (notre photo). Après des débuts dans sa ville natale, à Granollers, l'arrière droit âgé de 29 ans, a véritablement connu son apogée à Pampelune notamment en 2008 en se classant dans le Top 10 des meilleurs buteurs de la Ligue des Champions (74 réalisations). Cette belle saison au sein de l'équipe basque où il a côtoyé un certain Ivano Balic, lui a permis de disputer les Jeux Olympiques à Pékin et de gravir la 3ème marche du podium avec la sélection espagnole. Les difficultés financières de Pampelune dont les objectifs sont revus à la baisse, le contraignent à changer d'air et en 2010, d'émigrer à Copenhague. Barré notamment la saison dernière par l'Islandais Stefansson sur le poste d'arrière droit et dans la perspective de la signature du suédois Andersson, transfuge de Kiel, Cristian Malmagro n'a eu aucun mal à se retrouver sur le marché. « Compte tenue de cette période de l’année qui n’est jamais très facile en matière de recrutement, la venue de Malmagro est une très belle opportunité, soulignait Rémy Lévy, le président montpelliérain. C'est un joueur qui a une expérience européenne et qui plus est, est un excellent buteur. Très sincèrement, avec lui, Metlicic et Vid qui reprendra en cours de saison, le côté droit de la base arrière devrait tenir la route. » Et mine de rien, la communauté espagnole de la LNH va encore un peu plus s'élargir. 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités