mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M : Les Bleus prennent leur ticket pour la Croatie dans la souffrance
EDF M : Les Bleus prennent leur ticket pour la Croatie dans la souffrance
14 Juin 2017 | International > Euro

Dire que l’équipe de France a souffert en Lituanie est un doux euphémisme… Ballotés en première période et sous pression sur la fin de match, les Bleus se sont imposés par la plus petite des marges (26-25) face à une Lituanie qui n’avait plus rien à voir avec le gentil sparring partner vu à Pau au mois de novembre dernier.

Il fallait faire avec une cascade énorme de défections… Les frères Karabatic, Michael Guigou, Vincent Gérard et les retraites maintenant actées de Thierry Omeyer et Daniel Narcisse et on se doutait que tout ne se ferait pas dans la fluidité et la facilité comme en novembre. Les Lituaniens récupérant eux Jonas Truchanovicius, leur star et arrière majeur aussi bien en défense qu’en attaque. Mais quand même, on ne s’attendait pas à une entame de jeu aussi poussive où les Bleus passaient plus de temps à discuter en attaque qu’à mettre du rythme dans le jeu ! Sans dynamisme, sans vitesse de jeu et surtout sans quasiment aucun enclenchement propre, la défense lituanienne se régalait et se permettait même de monter très haut sur cette base arrière arrêtée et passive au possible. Kentin Mahé ne trouvait pas la bonne distance de jeu, Timothey N’Guessan errait sur le côté gauche, seul Adrien Dipanda tentait des choses mais avec assez peu de réussite. Heureusement défensivement, on était quand même un peu mieux dans le jeu. Cyril Dumoulin arrêtait tout ce qui était arrêtable, le bloc central contenait un Malasinskas bien maladroit dans sa gestion des ballons et tout le monde se regardait en chien de faïence sans trop bouger. Le temps mort pris par Didier Dinart allait changer les choses, dans les consignes, mais surtout en mettant sur le terrain un Dika Mem qui n’allait plus le quitter ! Dès son apparition sur le terrain, le jeune arrière droit du Barca (il n’aura 20 ans qu’à la fin du mois d’août prochain !) allait réveiller l’attaque tricolore. Buts, passes décisives, temps forts, enfin il y avait un peu plus de vie dans le jeu français. Et même si William Accambray n’arrivait pas à relever le niveau à gauche, l’arrivée ensuite de Nicolas Claire à la mène donnait encore plus de fluidité à l’attaque. De quoi arriver à la pause avec un 12 partout qui laissait penser que le plus dur était derrière.

Impression confirmée par une reprise du jeu très solide des Bleus. Aussi bien en défense, où la Lituanie n’arrivait même plus à trouver des solutions de shoot viables, qu’en attaque où Dika Mem continuait à rayonner et Nicolas Claire qui prenait peu à peu la main sur la gestion du jeu. Résultat +2, +3 et même quelques ballons de +4, on se disait que tout allait tranquillement se terminer avec une équipe de France qui n’aurait qu’une mise en route un peu longue et ardue avant une deuxième période beaucoup plus en rapport avec son statut. Sauf que tout allait un peu coincer sur les 10 dernières minutes. A gauche on était dans le dur complet, que ce soit William Accambray en mal de jeu, Olivier Nyokas trop impatient où Timothey N’Guessan toujours hors du coup, il manquait un danger sérieux de ce côté du jeu pour que Dika Mem et Nicolas Claire trouvent quelques espaces. Le pire c’est que le retour au score des Lituaniens emmenés par un Jonas Truchanovicius allait complètement bloquer les Bleus. Plus personne ne prenait les choses en main, Dika Mem n’avait plus aucun espace et seul Nicolas Claire arrivait encore à trouver une petite faille dans le bloc adverse. Il fallait se recroqueviller en défense pour tenir bon et heureusement cela allait tenir. Pas à grand-chose, mais suffisamment pour décrocher la victoire d’un petit but et ainsi le billet pour la Croatie en janvier prochain.

Les infos concernant Casino777 se trouvent sur code-bonus-jeux.be

La Lituanie allait apprendre plus tard, qu’en plus d’une défaite très amère, qu'elle était sortie des places qualificatives avec la victoire de la Norvège 43-27 en Belgique. Pour les Bleus, 4 d’entre eux sont déjà en vacances. Kentin Mahé, Luc Abalo, Adrien Dipanda et Valentin Porte en ont fini avec leur saison. Place à Yannis Lenne, Melvyn Richardson et Arnaud Bingo restés dans les tribunes ce soir pour terminer au mieux le boulot samedi à Montbéliard face à la Belgique et son jeu à 7 qui avait mis les Bleus au supplice lors du match aller.

A Klaipeda(Lituanie), Svyturio Arena
Le mercredi 14 juin à 18h00
Lituanie - France : 25 - 26 (Mi-temps : 12-12)

5 000 spectateurs
Arbitres : MM Csaba Kekes et Pal Kekes (Hongrie)

Evolution du score : 1-2 5°, 4-2 10°, 5-5 15°, 9-7 20°, 11-11 25°, 12-12 MT - 13-15 35°, 15-18 40°, 18-21 45°, 19-22 50°, 24-24 55°, 25-26 FT.

Les réactions (Avec le concours du service de presse de la FFHB)
Didier Dinart (entraîneur) : L’équipe de France a souffert face à une formation qui a su battre en novembre dernier la Norvège. Ce soir le match a été compliqué et engagé. À la fin nous avons obtenu un résultat positif malgré la fatigue des garçons. Il faut les féliciter. Quatre d’entre eux sont mis au repos : Luc Abalo, Adrien Dipanda, Valentin Porte et Kentin Mahé. Samedi face à la Belgique, nous pourrons voir ainsi l’équipe de France dans une autre configuration.

Dika Mem : Cela n’a pas été facile face à une belle équipe de Lituanie. Nous avions des absents mais il fallait bien faire sans eux ce soir. L’objectif état de gagner tout simplement pour décrocher la qualification. J’ai fait mon travail grâce au travail collectif.

Cyril Dumoulin : Nous avions une seule mission : repartir avec la qualification en poche. Ce n’est certes pas fait de la plus belle des manières, mais c’est fait ! Parfois l’équipe a été un peu brouillonne mais sur la fin nous n’avons pas lâché pour tenir ce succès. L’équipe de France sera à l’Euro 2018, c’est le plus important. Ma prestation ? Le groupe m’a témoigné sa confiance, un collectif dans lequel je suis depuis 2009.

Nicolas Claire : J’ai essayé de jouer avec le plus de précision possible.  Depuis le banc en début de match j’ai constaté les quelques erreurs et lors de mon entrée, j’ai essayé de les rectifier. Je suis vraiment satisfait car nous sommes qualifiés. Nous avons essayé de compenser collectivement l’absence de certains cadres. Nous avons tous contribué à la victoire ce soir.

Statistiques du match

Lituanie
Gardiens : 12 Rasimas Vilius 0/1 pen., 32 Morkunas Giedreius 8 arrêts dont 0/2 pen.
Joueurs : 3 Urbonas Mindaugas, 7 Malasinskas Aidenas 4/8 dont 0/1 pen., 8 Strazdas Augustas 2/2, 10 Cibulskis Gintaras 2/2, 11 Petreikis Benas, 14 Barbarskas Gerdas 3/4, 15 Simenas Lukas, 17 Truchanovicius Jonas 6/10, 20 Pleta Skirmantas 2/4, 28 Starolis Modestas, 31 Palevicius Laurynas 2/3, 35 Drabavicius Valdas 4/5, 41 Vorobjovas Edvinas, 88 Dumcius Mindaugas 0/5.

France
Gardiens :
1 Dumoulin Cyril 13 arrêts dont 1/1 pen., 24 Meyer Julien
Joueurs : 5 Remili Nedim, 6 Nyokas Guy Olivier 1/3, 1 Honrubia Samuel, 14 Mahe Kentin 6/9 dont 3/3 pezn., 17 N'guessan Timothey 0/4, 18 Accambray William 1/1, 19 Abalo Luc 0/1, 20 Sorhaindo Cedric 1/1, 23 Fabregas Ludovic 2/4, 25 Afgour Benjamin, 26 Claire Nicolas 4/5, 27 Dipanda Adrien 3/6, 28 Porte Valentin 4/5, 32 Mem Dika 4/6.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités