mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Saintes : Robin Foubert fait le point avant le déplacement d'Aix en Provence
Saintes : Robin Foubert fait le point avant le déplacement d'Aix en Provence
25 Octobre 2011 | France > Pro D2

Ce vendredi à 20H30, l'US Saintes Handball pénètrera sur le parquet du complexe Louison-Bobet d'Aix en Provence pour y défier le PAUC chez lui. Après avoir enfin renoué avec la victoire contre Nancy vendredi dernier à Saintes. Le PAUC, formation que connait bien un certain Tahar Labane, la recrue internationale algérienne saintaise, pour en avoir fait les beaux jours du temps, pas si lointain, où il portait la tenue noire et blanche.

Robin Foubert et les saintongeais savent parfaitement à quoi s'attendre dans la salle du 2ème de la Pro D2. Ce ne sera pas une mince affaire chez une équipe en embuscade à un tout petit point du fauteuil de leader derrière Billère, toujours invaincu mais qui n'a pu faire mieux qu'un nul à Pontault-Combault pourtant lanterne rouge sans la moindre victoire samedi dernier. Mission difficile, très difficile, voire même impossible pour les maritimes vu la saison quasi parfaite que sont en train de réaliser les provençaux qui ne sont tombés qu'une seule fois, le 24 septembre à Billère 29-26 et n'ont été accrochés qu'une fois 31-31 à Nanterre. Pour le reste, 5 victoires en autant de matchs avec la bagatelle de 38 pions collés à Chartres chez eux, seulement 29, excusez du peu, à Aix contre Vernon Saint-Marcel, 34 cartouches bien placées à Pontault-Combault puis deux fois 32 goals contre Dijon et à Massy-Essonne.

Sortez les calculatrices : 222 buts marqués en seulement 7 rencontres soit le seul club à tourner à plus de 30 buts de moyenne. Des chiffres qui font rêver nombre de coachs. Robin Foubert, l'arrière et demi-centre maritime, son mètre 86, ses 95 kilos et son numéro 21 qu'on voit de plus en plus sur les parquets vont pourtant tenter de prendre des points près de Marseille où le commando saintais n'a pas grand chose à perdre. Prendre des points sur les bords de la Méditerranée, chose que personne n'est parvenu à faire jusque là et que pas grand monde ne semble en mesure de faire. Le problème pour l'USS, c'est qu'il va falloir faire sans Manu Peraud, la poutre défensive, qui a une inflammation au pied et sans Jérémy Sargenton, le portier, touché lui à un genou, les deux étant forfaits pour Aix et pour la Coupe de France à Pouzauges.

Preuve en est la claque prise par Dijon au complexe Louison-Bobet pourtant candidat à une remontée immédiate en LNH devant un gros millier de supporters ivres de bonheur qui ont fini en standing ovation dans le gros choc de la 6ème journée.

Qu'en pense Robin Foubert ?
Nicolas Cartier : Bonjour Robin. On va jouer cartes sur table et tout se dire sans tabous toi et moi. En cas de victoire à Aix en Provence vendredi soir, tu te dis quoi : Yes on recolle au Top 5, qui était notre objectif en début de saison mais qui semble bien loin à l'heure actuelle après le premier quart de championnat, ou ouf on s'éloigne de la zone de relégation ?
Robin Foubert :
Bonjour Nicolas, bonjour à tous. Tu sais, les matchs, on les prend les uns après les autres et on fera les comptes à la fin. On va tenter un coup là-bas, on part sans pression mais on ne part pas dans les meilleures dispositions.


NC : Excuse moi pour la question après avoir battu Nancy et brisé la spirale de défaites. Si ma question sert à me faire mentir, tant mieux pour toi et le groupe. Ne vous êtes vous pas vus trop beaux avant l'entame du championnat. Il était réaliste le discours de play-offs et est-il toujours d'actualité ?
RF :
Comme tout le monde le sait, le championnat de Pro D2 réserve bien des surprises. Ce qui est valable aujourd'hui n'est pas valable le lendemain. On n'a pas débuté la saison de la meilleure des manières. L'an passé, Mulhouse est passé complètement au travers en début de saison. Cela ne les a pas empêché de finir tout de même dans les cinq premiers et de disputer une demi-finale de Coupe de France. C'est tout le mal que je nous souhaite.

NC : Je reviens à la charge pour le Top 5. Il a été annoncé par Franck, par une majorité de joueurs pour ne pas dire tous mais aussi par les dirigeants saintais. Pourtant, tout le monde sait que les finances du club ne sont pas au mieux et ne permettent pas de faire des folies.
RF :
A l'heure d'aujourd'hui, c'est difficile de se projeter. Les finances d'un club peuvent autant évoluer en bien qu'en mal. Le Top 5 reste un objectif sportif et s’il devait y avoir accession en LNH, j'espère simplement que les dirigeants seront à la hauteur des exigences du haut niveau.

NC : Après ce déplacement de ce vendredi à Aix, break championnat avec les 64èmes de finale de Coupe de France. Samedi prochain à 19 heures, vous jouerez à Pouzauges, formation de Nationale 2, çà devrait logiquement le faire là-bas même si la salle de l'étoile, comme nombre de salles vendéennes, n'est pas réputée pour être une cathédrale et ne fera pas exception à la règle. Vous allez la jouer à fond la Coupe ou c'est secondaire dans le but de vous consacrer totalement au championnat ?
RF :
J'ai entendu dire que le public de Pouzauges avait été élu l'an dernier dans les meilleurs publics de France. Mais il est clair que la Coupe peut être une belle aventure. On jouera nos cartes même si le championnat restera notre principal objectif.

NC : Et ensuite, retour à ce fameux championnat justement avec la réception de Chartres-Mainvilliers, promu qui tourne plutôt bien, avant un déplacement à Vernon Saint-Marcel puis la réception de Billère, l'actuel leader, ennemi juré des saintais.
RF :
Il va falloir prendre des points que ce soit contre qui que ce soit. On ne peut plus se permettre de donner des points à domicile. Mais on va commencer à se concentrer sur le déplacement à Aix en Provence.

NC : Robin, on va conclure, mais avant dis-nous où tu en es à titre personnel.
RF :
J’ai signé pour un projet sportif de deux ans. Je commence à trouver mes marques petit à petit. Je continue à bosser pour être le plus efficace possible. Je me sens bien ici, je suis ultra motivé et j'espère que notre victoire de vendredi sera le début d'une longue série.

NC : Tu te sens bien ici. Elle ne te manque pas l'Alsace et Sélestat ?
RF :
J’ai eu la chance de connaitre le handball en Alsace avec des structures professionnelles et une salle et une ambiance digne des plus grandes salles d'Allemagne. C'est un vrai bonheur. Il y a aussi des amis qui manquent. Ce qui est sûr, c'est que le climat, lui, ne me manque pas du tout.
(Éclats de rire) Fini d'allumer la lumière à 15 heures !

NC : Robin, que fais tu l'an prochain si Saintes reste dans le ventre mou du championnat ? Tu persistes et signe ici ? Tu cherches un club qui joue le haut de tableau de Pro D2 ou la LNH ?
RF
: J'ai signé pour un projet sur deux ans. Je crois en cette équipe. Maintenant, j'ai pour ambition de me rapprocher au plus près de la LNH. J'espère le faire avec l'US. On verra en mai.

NC : Robin, merci pour tout. Concernant la rencontre à Aix en Provence, sans être infamant, je mise un billet de 100 sur le PAUC.
RF
(éclats de rire) : Bah si on gagne là-bas, tu m'en donnes un de 200 !

Nicolas Cartier
www.sport17.fr

Handzone
Partager
l'espoir
claude troccaz | Mardi 25 Octobre 2011 (12h47)
"l'espoir fait vivre" ce dicton s'applique parfaitement à Saintes qui se cherche.Enfin félicitation pour le coté direct de l'intervieweur en particulier sur les finances du club dont on dit quelles ne sont pas au meilleures de leur forme. Un sujet délicat qui n'avait jusqu'alors pas été évoqué dans la presse régionale même si il fait des gorges chaudes dans les travées du grand Coudret.
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités