mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Ça peut être long une journée de handball !
Ça peut être long une journée de handball !
13 Novembre 2011 | France > LNH
Une journée de championnat va très vite en chasser une autre. Montpellier et Chambéry ont résisté au 8ème chapitre, Créteil a tiré les marrons du feu, Dunkerque confirmé son embellie, Sélestat est allé surprendre Toulouse, Paris s'est un peu plus enfoncé, Ivry s'est donné un souffle d'air.

Madame Lonba croisée ce week-end au milieu des spectateurs de Delaune (notre photo) était toute tourneboulée, en pleine discussion avec un voisin plus avisé. « Dites, il est à quelle heure mercredi, le match à Tremblay ? et son voisin de lui répondre Mais ce n’est pas mercredi, c’est jeudi ! Ce mercredi, c’est Montpellier qui joue à Paris Et Créteil, ils jouent quand ? enchaînait-elle... Ben…. en fait, c’est  dimanche !.... En soirée ?.... Non, c’est à 16h !» 

En les écoutant, je me suis dit qu’à peine la 8ème journée terminée, il fallait déjà penser à la suivante. Jusque-là, rien de bien méchant. Mais cette 9ème journée de D.1 et ses sept rencontres, vont s'étaler sur… cinq jours, alors qu’il n’y avait pas lieu de s’affoler puisque seule la Ligue des Champions, prévue le prochain week-end, ne concerne que deux équipes. Sans parler du football, on en vient à envier le basket-ball dont les journées sont en majorité pliées en 48 heures et on remarquera au passage que les spécialistes de la raquette, ont eux-aussi, des compétitions européennes à gérer.  Une journée de championnat en deux jours, pour la lisibilité du côté du public et des médias, c’est mieux, non ? Mais entre le diktat de la télé, les étudiants qui désertent les grandes villes le week-end, la période des mariages, baptêmes et autres festivités, ceux qui n’osent pas sortir le soir parce qu’il pleut ou que c’est mal éclairé, le handball doit composer. Un peu plus d’autorité des instances dirigeantes dans ce Big Bazar ne ferait pas de mal.  En attendant, il faut faire avec ! Et madame Lonba et son voisin devront s’en accommoder.

Ceci dit, la 8ème journée de D.1 qui elle, s’est déroulée sur… trois jours, a encore réservé son lot de surprises. 


Chambéry doit une fière chandelle à Greg Detrez et Laurent Busselier. Le premier pour avoir obtenu à la dernière seconde du match, un jet de 7 mètres et le second, pour l'avoir réussi et permis à son équipe de s'imposer. Jusque là, Nantes avait parfaitement rempli son contrat mais accumulé des fautes aux abords de la zone que le vétéran de l'équipe savoyarde a transformé en buts tout au long de la soirée (9/10 aux penaltys). Privés de Xavier Barachet qui saura en début de semaine si sa déchirure à la jambe gauche le prive de terrain encore quelques jours, les Chambériens ont soufflé le chaud et le froid. Chaque fois qu'ils ont pris le large, les joueurs de Philippe Gardent n'ont pas su rester les patrons (12-9 à la 22ème mais 13-14 à la pause). Pire même dans cette seconde période, les Nantais ont fait le trou en s'adaptant parfaitement bien au changement de défense de l'adversaire (17-20 à la 41ème). «  Par moments,  on s'est battu avec nous-mêmes, reconnaissait Karel Nocar sur le site du club. On n'était pas très bien au niveau de la réussite et heureusement, on a joué très collectif mais on ne peut pas se satisfaire de ça. C'est encore une victoire et c'est l'essentiel, on ne lâche rien, on y croit jusqu'au bout et ça paye. » Car le résultat final est là. Une 8ème victoire d'affilée (comme seul Montpellier a su le faire jusque là) mais sur la plus petite des marges (27-26). La semaine qui s'annonce pourrait être piégeuse pour les Savoyards qui se déplacent jeudi, à Tremblay. Pour Nantes, cela s'est joué à pas grand chose mais marquer des points devient une nécessité absolue.


Le Cristolien Hugo Descat n'a dix-neuf ans que depuis le 16 août dernier et il casse véritablement la baraque. Sa régularité depuis les quatre dernières rencontres du championnat (sans parler des deux tours de Coupe de la Ligue) enchante ses coéquipiers. C'est lui qui avec ses 100% de réussite au tir (9/9 dont 2/2 à 7 m), a en grande partie, crucifié Istres dans sa salle. Car Créteil est la bonne surprise de ce début de saison avec un 7ème point engrangé en quatre rencontres, le 9ème en 8 journées ! Les joueurs de Benjamin Pavoni ont accéléré dans les moments-clé et porté un coup fatal sur la fin de match en alignant un 5-1 dont les Provençaux ne se relèveront jamais (24-30 à la 56ème). Et malgré un timide sursaut dans les ultimes secondes, Istres qui s'est battu avec ses armes (attention, les cartouches commencent à manquer !) enregistre sa 3ème défaite à domicile (27-31). Jusqu'où va continuer Créteil ? Avec un Jerkovic déterminant dans ses buts (14 arrêts à 46%) aidé par une défense bien en place et des attaquants inspirés, le chemin est pour l'instant sans trop de chaos. La venue de l'équipe de Cesson, dimanche prochain (notez bien, à 16h ! compris madame Lonba ? ) très accrocheuse à l'extérieur depuis le début du championnat, sera un excellent révélateur. 


La plus grosse sensation, c’est Sélestat qui est allé la vivre à Toulouse. Les Alsaciens pourtant diminués (4 cadres blessés) se sont imposés d’un but, dans le jardin des Fénix qui en cas de succès, avaient la possibilité de grimper sur le podium. Mais les Alsaciens sont loin d’avoir volé leur victoire. «Dans le dernier quart d’heure pourtant, confesse Jean-Luc Le Gall, ils ont eu une balle de +3 qu’ils ont cafouillée. A ce moment-là, notre défense et Ivezic, mon 2ème gardien ont été déterminants. Ça nous a remis en selle et on est repassé devant à cinq minutes de la fin. » L’entraîneur sélestadien ne s’enflamme pas pour autant même si sur l’ensemble de la rencontre, tout a plutôt bien fonctionné avec comme d’habitude, un Paxel Podsialo (notre photo) très incisif (7/11). « Mais nous n’aurons pas le temps de nous appesantir sur cette victoire, confie Jean Luc Le Gall. Nous recevons Nîmes et nous aurons la pression du résultat, surtout si on veut momentanément se mettre à l’abri. » Pour Toulouse, qui cette semaine (samedi) se déplace à Nantes (tiens, un concurrent direct aux accessits !), il s’agira de ravaler son orgueil et avancer. La claque enregistrée face à Sélestat devrait servir de leçon. Dans le cas contraire, ce serait grave.  


Où était donc le collectif du Paris HB, vendredi à Charpy ? C’est bien d’avoir de belles individualités (Claire, Diaw, Nyokas, Ouksir) mais si chacun évolue dans son coin et surtout à contre-courant, cela ne peut pas marcher. En revanche, Cesson a bien joué le coup. Même lorsqu’ils n’étaient pas très sereins (dans les 17 premières minutes, à 10-6), les Bretons ont fait corps et repris de l’envergure. Romain Ternel (notre photo) a souvent donné le « la » et l’orchestre a exécuté (à tous les sens du terme) une partition sans trop de fausses notes pour un succès totalement mérité (26-28). Dimanche prochain, 2ème escapade en Ile de France puisque Cesson se déplace à Créteil. Un autre contexte, d’autres difficultés mais pour l’entraîneur David Christmann, la même intention et la même volonté à mettre dans l’engagement. «Force est de constater que pour le moment, nous sommes plus performants à l’extérieur qu’à domicile. C’est notre paradoxe. Ces deux points contre Paris vont nous permettre d’aborder Créteil dans de meilleures dispositions, même si je pense que sur le papier, Créteil, c’est plus fort et plus expérimenté que nous. L’humain peut parfois sombrer et mon équipe a démontré qu’elle avait de la ressource mais pour bien aller, il faudrait désormais prendre des points à domicile. » Pour Paris, prendre des points à domicile sera une autre affaire car le prochain adversaire (mercredi) n’est autre que… Montpellier. Ce soir-là, il s’agira de ne pas prendre une correction ! La saison passée, les Héraultais s’étaient imposés à Coubertin de huit buts. 


Deux buts également, c’est ce qui a permis à Dunkerque de s’imposer à Nîmes (26-28) et d’aligner une 3ème victoire depuis le début de la saison. Avec 7 buts inscrits, Kornel Nagy (en photo) n’a pourtant pas terminé meilleur réalisateur de la soirée puisque c’est l’inévitable Damien Scaccianoce (8 buts) qui s’est chargé d’alimenter le réservoir nîmois mais qu’importe, les Nordistes n’ont rien lâché et surtout ont su faire fructifier une avance consolidée en fin de première période (13-15 après avoir été souvent mené de 2 buts). L’addition s’est même corsée au retour des vestiaires (15-19 à la 36ème) mais à chaque fois qu’ils ont été débordés dans le second acte, les Nîmois sont revenus notamment grâce à la belle prestation dans ses cages d’Emile Mansuy-Fèvre, le gardien qui suppléait dans le rôle du n°1, Yassine Idrissi blessé. L’Usam également privé de Junillon (fracture de la main) et Kovac, peut avoir des regrets d’avoir laissé échapper au moins, le partage des points d’autant qu’à deux minutes du coup de sifflet final, ils n’avaient qu’un but à remonter. Nous en avons déjà parlé, les hommes de Jérôme Chauvet se déplacent à Sélestat, adversaire direct pour le maintien, ce qui ne sera pas une mince affaire. Pour Dunkerque qui accueillera (vendredi) Ivry, l’opération « reconquête » a débuté. Les joueurs de Patrick Cazal sont déterminés à rattraper leurs échecs de début de saison en accueillant une série de formations à leur portée (Ivry, Créteil et Sélestat).


A Delaune, c'est comme aux Galeries Lafayette, il se passe toujours quelque chose ! Surtout quand Ivry, locataire des lieux accueille Tremblay. Les joueurs se connaissent, les entraîneurs aussi. Et ce rendez-vous là, il n'est ni pour les uns, ni pour les autres, de bon ton de le rater. François-Xavier Chapon lui, était à l'heure. Dix-huit arrêts à presque 50% pour le portier val-de-marnais, c'est une bonne moyenne et surtout une garantie pour une équipe en manque de confiance depuis un certain temps. Le retour de Davor Dominikovic n'est pas étranger aussi à la renaissance ivryenne. Le colosse croate rongeait son frein depuis la fin de la préparation, blessé au ligament interne du genou gauche. La cicatrisation s'est parfaitement déroulée, l'ancien parisien n'a pas attendu 36 avis pour reprendre du service. Il faudra tout de même patienter jusqu'à la 36ème minute pour voir le match se décanter et Ivry faire l'écart (14-11). Jusque là, respectant la recette du derby, les deux formations s'étaient neutralisées et elles vont continuer à le faire jusque dans le dernier quart d'heure. « On s’est retrouvé en infériorité numérique sur la fin, on manque de finition, on rate des tirs et on prend des buts. » L’analyse peut-être sommaire de Stéphane Imbratta en dit finalement long sur la fin de match, pour explication de la défaite de Tremblay (23-20). Ce score… étriqué a donné un match engagé, par moment brouillon et qui a mis du temps à basculer. « On aurait pu faire la différence en 1ère mi-temps, concevait FX Chapon, et comme l’avance était minime, on a vécu une seconde période très accrochée mais on a su gérer en restant constamment devant. » Le capitaine de l’USI a bien apprécié la cohésion de son équipe mais reste pragmatique. « Là on va aller à Dunkerque, avant de recevoir St Raphaël et d’aller à Chambéry ! Si on garde le même état d’esprit, on a toutes nos chances face à ces équipes-là car nous n’aurons rien à perdre puisqu’on ne vise pas les mêmes objectifs qu’eux. » Mais pour Ivry, la liste des éclopés s'est rallongée. En retombant violemment sur le parquet, Thomas Zirn s'est blessé au genou droit (ligaments croisés ?) et sera absent pour les prochaines rencontres. Le jeune ailier droit doit passer une Irm, mardi ou mercredi. Du côté de Tremblay, pas d'affolement même si prendre des points fait partie du contrat. Jeudi, devant les caméras de Canal et dans un palais des sports plein à craquer, les joueurs de Stéphane Imbratta sont condamnés à l'exploit face à Chambéry. « Comme j'ai un groupe qui est capable de tout, reconnaissait l'entraîneur tremblaysien, je vais cocher les deux points face à Chambéry. Dans notre salle, on a toujours répondu présent face à eux. L'état d'esprit y est, maintenant il faut qu'on arrive à mettre la manière à domicile. » Et Madame Lonba (vous savez, la dame rencontrée dans les tribunes) sera au rendez-vous. 

Au classement des buteurs.....
Si avec huit réalisations supplémentaires, le nîmois Damien Scaccianoce prend le large (53 buts dont 14 penaltys), le minot de Créteil Hugo Descat s'installe à la 2ème place avec 47 buts (dont 19 pénaltys) devant Anouar Ayed (Toulouse - 45 buts - 13 pénaltys). Belle remontée dans ce classement de l'Espagnol de Nantes Valero Rivera qui rejoint au pied du podium avec 44 unités, Dragan Gajic (Montpellier) et Jérôme Fernandez (Toulouse).
 

ISTRES OUEST PROVENCE HANDBALL - US CRETEIL HANDBALL 
27 - 31 (Mi-temps : 15-16)
Statistiques du match
Lieu :
HALLE POLYVALENTE
Quartier de la Pyramide Place Champollion Rue de l'Equerre - Quartier de la Pyramide 13800 ISTRES
Date :
Le 12/11/2011 20h00
Arbitres :
CHARPENTIER FRANCK
DUCLOS SEBASTIEN

*****************************

UNION SPORTIVE IVRY HANDBALL - TREMBLAY EN FRANCE HANDBALL 
23 - 20 (Mi-temps : 10-9)
Statistiques du match
Lieu :
Gymnase Auguste Delaune
16 rue Robespierre 94200 IVRY SUR SEINE
Date :
Le 12/11/2011 20h00
Arbitres :
BOURGEOIS JEAN-FRANÇOIS
DENIS PATRICK

*****************************

PARIS HANDBALL - OC CESSON HANDBALL 
26 - 28 (Mi-temps : 14-13)
Statistiques du match
Lieu :
Charpy
17, avenue Pierre de Coubertin 99, boulevard Kellermann Stade Charlety 75013 PARIS
Date :
Le 11/11/2011 20h30
Arbitres :
MORENO JEAN-PIERRE
SERRANO MICHEL

*****************************

CHAMBERY SAVOIE HB - HBC NANTES 
27 - 26 (Mi-temps : 13-14)
Statistiques du match
Lieu :
LE PHARE
800 avenue du Grand Arietaz 73000 CHAMBERY
Date :
Le 12/11/2011 20h00
Arbitres :
LAZAAR NORDINE
REVERET LAURENT

*****************************

USAM NIMES GARD - DUNKERQUE HANDBALL GRAND LITTORAL 
26 - 28 (Mi-temps : 13-15)
Statistiques du match
Lieu :
Le Parnasse
Route de St Gilles 160 avenue du Languedoc 30900 NIMES
Date :
Le 11/11/2011 20h30
Arbitres :
ROLLAND CYRIL
ROLLAND JEROME

*****************************

TOULOUSE UNION HANDBALL - SELESTAT ALSACE HB 
27 - 28 (Mi-temps : 13-13)
Statistiques du match
Lieu :
Palais des Sports de Toulouse
3 rue Pierre Laplace 31000 TOULOUSE
Date :
Le 11/11/2011 20h30
Arbitres :
BUY OLIVIER
PICHON STEVANN

*****************************

MONTPELLIER HANDBALL - SAINT RAPHAEL VHB 
35 - 23 (Mi-temps : 16-13)
Statistiques du match
Lieu :
Gymnase Rene Bougnol
Avenue du Val de Montferrand 34090 MONTPELLIER
Date :
Le 10/11/2011 20h45
Arbitres :
BADER CLÉMENT
WEBER LOIC

*****************************

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités