mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CHL : Des quarts avec trois « petits » nouveaux.
CHL : Des quarts avec trois « petits » nouveaux.
26 Mars 2012 | Europe > Champion's League

Les huitièmes de finale ont rendu leur verdict et si la plupart des grosses écuries sont au rendez vous, on notera surtout l’absence de Hambourg qui se fait sortir par le club en vogue en Allemagne, Berlin et met donc fin aux rêves des frères Gilles de gagner avec Hambourg la ligue des Champions avant de revenir sous leurs cieux savoyards. Quand on se rappelle du parcours sans faute des coéquipiers de Hans Lindbergh, on mesure l’exploit des berlinois ! L’élimination des hongrois de Veszprém par les espagnols de Léon qui justifient leur parcours dans la poule de la mort est aussi une demi-surprise.

Kiel, Copenhague et à un moindre niveau Madrid n’ont pas tremblé pour décrocher ce billet mais d’autres matches ont été de vrais combats entre Berlin et Hambourg, Veszprém et Léon, Koper et Kielce ou encore Zagreb et Metalurg. Et bien sur il y a le non match retour d’un Montpellier, démuni, qui a croulé sous les flèches de l’armada catalane et s’est empalé sur le gardien Danijel Saric !  Berlin et Copenhague débutaient dans cette compétition et vivent donc une belle première tandis que Cimos Koper n’avait jamais atteint le stade de cette compétition.

Kiel sans peur.
Kiel 27 -24 Wisla Plock (15- 10) (Aller: 36-24)
Kiel avait déjà fait la différence au match aller en s’imposant en Pologne de 12 buts. Le retour, en Allemagne, devant 9000 spectateurs fut plus serré avec une équipe de Plock qui s’est révoltée pour se montrer à la hauteur de ce huitième de finale. Mais les Momir Illic (9) , Kim Andersson et autres Filip Jicha remportent devant leur public cette rencontre sans puiser dans les réserves pour préparer le quart. Kiel remporte sa 44 éme victoire sur 45, toutes compétitions confondues !

 

Barcelone sans trembler.
Barcelone 36 – 20 Montpellier (17-8) (Aller 28- 30)
Le match retour en Espagne dans un palais plein comme un œuf et chaud comme la braise a été un calvaire pour les troupes de Patrice Canayer qui n’ont jamais été en mesure de tenir tête à la bande à Laszlo Nagy, intenable et conserver ainsi leur maigre avantage du match aller. Du gardien aux joueurs de champ, tous les joueurs catalans étaient supérieurs aux français qui n’ont pas réussi à gagner leurs duels, en attaque ou en défense et qui pour finir butaient sur un gardien en état de grâce. Les absences ont certes pesé lourd sur l’ensemble des deux matches tout comme le manque de rotation surtout en comparaison au banc espagnol. Place au championnat, à la coupe de France et à la préparation de la saison prochaine après avoir tiré les enseignements de cette campagne européenne.

Madrid : La qualification sans convaincre.
Atletico Madrid 26- 30 Kadetten Schaffhausen (14-14) (Aller : 36 - 27)
Les madrilènes avaient fait l’essentiel au premier match se donnant neuf buts d’avance pour aborder le retour avec de surcroit une victoire acquise en Suisse ! Schaffhausen a été arracher une belle victoire en Espagne, trop courte certes mais la encore, les suisses ont montré qu’il fallait se méfier de tout le monde et qu’aucune équipe à ce stade de la compétition ne pouvait être prise à la légère. Les suisses ont eu jusqu’à sept buts d’avance (Graubner, 6) mais par deux fois les hommes de Talent Dushebaev ont élevé leur niveau de jeu pour ne pas sombrer et conserver leur avantage sur les deux rencontres. Le coach des espagnoles déclarait après la rencontre « On a essayé de remplir notre objectif mais il faut vite oublier ce match » tandis que son homologue suisse, Peter Hrachovec félicitait son équipe pour sa volonté et son caractère et la qualité du jeu produite. Madrid espère désormais récupérer ses blessés dont un certain Luc Abalo pour les échéances à venir.

Avec deux victoires: Berlin sort Hambourg !
Hambourg 23- 24 Berlin (11- 10) (Aller: 30-32)
Hambourg avait subi sa première défaite en ligue des Champions au match aller dans une rencontre sous haute tension ou chaque équipe avait tout à tour pris la tête avec des joueurs décisifs à l’image de Sven Sören Christophersen (8, Berlin) et Hans Lindbergh(8) pour Hambourg. Le héros du match retour a pour nom Silvio Heinevetter, le gardien de Berlin qui a encore été décisif pour son équipe, dans un match à suspense devant 8000 spectateurs qui ont vibré jusqu’au bout ! Ce sont les coéquipiers de Bertrand Gilles (1) qui terminent en tête de la première mi temps portés par un grand Dan Beutler dans les cages. Les supporters se sont vus en quart lorsque leurs protégés ont compté cinq buts d’avance ! (17-12) .Mais Berlin dangereux à tous les postes avec cinq joueurs à quatre buts a refait son retard et pris l’ascendant jusqu’à la fin malgré une défense tout terrain au final de l’équipe de Hambourg. Martin Schwalb, de retour sur le banc reconnaissait la supériorité des berlinois sur les deux matches, tandis que Dagur Sigurdsson louait l’état d’esprit et le caractère de ses joueurs, toujours combatifs même menés de cinq buts.

Léon élimine Veszprém quasi au buzzer !
Veszprém 27 – 25 Léon (11- 9) (Aller 28- 31)
A l’aller, Léon avait pu compter sur un énorme Venjo Losert et les buts de Martin Stranovsky pour gagner avec trois buts d’avance dans le money time, espérer défendre cette avance en terre hongroise et contrer Marko Vujin, Gabor Csaszar ou encore Nandor Fazekas qui avaient fait plus que résister dans une ambiance électrique. Sur ce retour les hongrois ont refait le retard avec quatre buts d’avance à la pause et se retrouvaient alors en position de qualification. La reprise voit apparaître des problèmes en attaque du coté Hongrois et Léon passe une fois devant (17-16). Mais Veszprém se reprend et se retrouve de nouveau en position d’être qualifié à 26-23, toutefois Léon ne lâche pas, malgré une dernière réalisation de l’espoir de Gabor Csaszar et conservera ce but si précieux ! Martin Stranovsky et Garcia à six buts chacun ont largement participé à cette qualification historique. Lajos Mocsaï déplorera « les trop nombreuses erreurs de fin de rencontre, rédhibitoires ! Isodoro Martinez, le coach de Léon, se réjouissait « de la chance qui avait souri à son équipe dans ce match spectaculaire pour un résultat historique »

Koper au bout du suspense !
Koper 25 – 23 Kielce (12 - 13) (Aller : 26 -27)
Apres avoir remporté la coupe EHF la saison dernière, les slovènes grimpent encore une marche en se joignant aux pointures pour leur premier final four ! La bataille fut rude sur les deux rencontres et Koper l’emporte d’un petit but sur les deux rounds ! Les polonais après l’élimination par Hambourg en 2010 ne sont toujours pas revenus en quart. Le match retour fut aussi serré que la première manche, malgré un meilleur départ de Kielce, avec Rastko Stojkovic(5) vite rattrapé par les slovènes à la pause. En seconde période, Matjaz Brumen a porté son équipe scorant par huit fois et lui donnant l’avantage au milieu de mi temps (17-14). Mais à deux minutes de la fin, Dennis Buntic, formé à Koper donne de l’espoir aux hommes de Bogdan Wenta, aidé par les arrêts de Slawomir Szmal, et Kielce revient à une unité (24-23) mais Matjaz Brumen sonne le glas et inscrit le but décisif (25-23), Cimos Koper continue sa route vers la cour des grands !

Chaud devant, Zagreb à l’arrache !
Zagreb 26 - 21 Metalurg (12-10) (Aller 18-19)
C’est fait ! Zagreb est en quart après deux saisons d’attente. Pour la dixième fois. Ils ont réussi enfin à trouver les solutions pour percer cette défense suite à un match aller très fermé et serré contre cette surprenante équipe macédonienne qui a tenu jusqu’à la 50 éme minute ! Ils ont bien failli être la premiére équipe macédonienne en quart de la ligue des champions ! La rencontre s’est jouée sur une solide défense croate et surtout une attaque plus efficace avec un très bon Zlatko Horvat contre qui Koper n’a pas su trouver de solutions. Deux buts d’écart, seulement, à la pause, malgré un départ canon de Zagreb (11-5) mais parmi les 8500 spectateurs, les macédoniens bien présents poussaient leur équipe qui égalisera à 14- 14 à la reprise, galvanisée par les arrêts du gardien Darko Stanic et les buts de Zarko Markovic. Mais à sept minutes de la fin, Zlatko Horvat fait parler la poudre, le gardien Sego stoppe Zarko Markovic et Ivano Balic marque le but du plus quatre (24-20). Le match est joué et la qualification revient aux croates.

Copenhague pour une première !
Copenhague 26- 24 Sävehof (14-12) (Aller : 34 - 25)
Fort de l'avance de neuf buts conquise à l’aller les danois pouvaient rêver à leur premier huitième de finale. Mais les suédois se sont plus battus qu’au match aller et ont résisté menant même les vingt première minutes mais c’était compter sans Kasper Hvidt, l’un des deux énormes gardiens de Copenhague qui a aidé les siens à mener de deux buts à la pause. Sävehof a continué en seconde période, montrant ainsi que la place en huitième n’était pas usurpée. Mais les danois n’auront pas quitté la tête de la rencontre et s’imposent pour se qualifier somme toute sans trembler.
Mode d’emploi du tirage au sort des quarts de finale :

Les huit équipes sont réparties en deux chapeaux :
1/ Kiel, Barcelone, Atletico de Madrid et Berlin
2/ Zagreb, Copenhague, Cimos Koper et Léon
Le tirage au sort se déroulera mardi 27 mars à 11H30 à Vienne en Autriche, au siège de L’EHF.
(Retransmis sur EHF TV)

Tour 1 | Phase 2
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Hamburg Berlin 23 24 25/03 >>
Barcelona Montpellier 36 20 25/03 >>
Kiel Plock 27 24 18/03 >>
Madrid Schaffhausen 26 30 25/03 >>
Veszprém León 27 25 25/03 >>
Koper Kielce 25 23 24/03 >>
Zagreb Skopje 26 21 24/03 >>
Copenhague Sävehof 26 24 24/03 >>


 

© Cathy Tachdjian
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités