mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Chambéry lorgne désormais vers Montpellier
Chambéry lorgne désormais vers Montpellier
16 Décembre 2012 | France > LNH
Une chose est sûre, Paris Saint Germain passera l'hiver au chaud. Avant même son ultime déplacement de l'année, mercredi à Tremblay, le club de la capitale est solidement installé en tête de la D1 masculine. Derrière, Chambéry s'est rassuré après une période de doute et prépare d'ores et déjà son futur déplacement à Montpellier. En bas de classement, Billère et Aix restent en fâcheuse posture.

Chambéry est redevenu Chambéry ! Avec le retour de Damir Bicanic pourtant gêné par une contracture, la confirmation du néo-international "A" Timothey N'Guessan, les arrêts déterminants de Cyril Dumoulin (18 parades à 46%) et l'omniprésence d'Edin Basic (notre photo de tête - 8 buts), les Savoyards ont imprimé très rapidement leur rythme, ne laissant la conduite des opérations à Cesson que l’espace des dix premières minutes (5-2 à la 7ème). Les Bretons ont tenté de résister mais ils n’ont rien pu faire, une fois que les partenaires de Benjamin Gille ont mis en place leur défense et ont imposé leur tempo en attaque. « On savait qu’il ne fallait pas s’enflammer, qu’il fallait rester concentrés et sérieux, avouait le capitaine chambérien devant les caméras de France 3. Lorsqu’on est revenu au score, on a gardé assez d’intensité pour passer devant et maintenir un écart conséquent. » Grâce à une montée de balle impeccable, Chambéry va donc très rapidement faire la différence  (10-15 à la pause puis 11-18 à la 35ème). « On avait la volonté de construire quelque chose ensemble. On a réussi à mettre en difficulté Cesson au moment du shoot et notre gardien a su faire la différence. On savait qu’en mettant de la volonté et de la détermination, la victoire ne pouvait pas nous échapper. » Un temps, les partenaires de Romain Ternel vont donner l’illusion de refaire une courte partie de leur retard mais Chambéry notamment par Damir Bicanic (4 buts consécutifs) restera vigilant et surtout conquérant jusqu’au bout. Huit buts d’écart (23-31), l’addition peut paraitre salée mais Cesson est tombé sur du grand Chambéry. Les Savoyards ont désormais les yeux tournés vers Montpellier qu’ils iront affronter jeudi, dans ce qui peut être un tournant pour le fauteuil de dauphin. « C’est un gros match qui nous attend, insiste Benjamin Gille. J’aurais souhaité qu’on soit au complet, il faudra montrer le même visage que face à Cesson et on verra bien. » Montpellier-Chambéry, l’affiche suscite toujours autant d’intérêt mais avec 6 points d’avance au classement après son succès (le 12ème en 12 matches) face à Nantes, c’est Paris qui est le patron et risque de le rester jusqu’au mois de... mai.


Montpellier a eu chaud mais Montpellier conserve ex aequo avec Chambéry, le fauteuil de dauphin à toujours six longueurs de Paris. Face à Créteil, les Héraultais ont peiné en 1ère période avant de retrouver un peu plus de consistance et de cohésion dans le second. « Pour nous, tous les matches sont difficiles car on a assez peu de certitudes, relève Patrice Canayer, on change sans arrêt de formule. Là, on a retrouvé une équipe qui a été inexistante dans le 1er quart d’heure, qui a tenu par la seule volonté de William Accambray et à partir du moment où on s’est mis à jouer, cela a été beaucoup plus cohérent. »   Le retour de William Accambray (8 buts) dans l’effectif a été en effet déterminant tout comme à des moments-clé, le remplacement dans les buts, de Mickaël Robin par Rémi Desbonnet. « Oui, il a bien fait son travail. On sait que c’est difficile car on tourne avec un gardien pro et un autre issu du centre de formation. Ce qui est intéressant, c’est qu’on s’est bien adapté et notamment en défense, on ne s’est pas affolé. » La venue de Chambéry, jeudi à l’Arena était déjà dans toutes les têtes. Montpellier a une occasion de passer devant l’équipe qui, il n’y a pas si longtemps était son dauphin. Désormais, le problème ne comporte qu'une seule équation : qui va décrocher le 2ème billet en Ligue des Champions derrière Paris ? « Quand on regarde le championnat, on remarque que beaucoup d’équipes peuvent battre beaucoup d’équipes, renchérit le coach languedocien. La difficulté nait plus des équipes du milieu de tableau qui n’ont rien à perdre. On va préparer le match de Chambéry tranquillement. Il y a de la qualité dans mon équipe mais ça manque un peu de certitudes. On est second, on a la possibilité d’améliorer notre position avant la trêve mais au-delà de cela, ce qui pour nous est le plus important, c’est la manière dont on réagit sur le terrain. Si on se comporte pendant tout un match comme on l’a fait à Créteil pendant le 1er quart d’heure, quelle que soit notre place au classement, cela ne sera pas correct. Le classement n’est que la conséquence de nos attitudes. » Du côté de Créteil, malgré une volonté de bout en bout, un trio Nyokas (10 buts) – Descat (9 buts) - Tabarand (17 arrêts) efficace, l’affaire sur le plan comptable se présente mal. Vranic et Guilbert sont blessés, la présence d'Obad et Blecic superfétatoire. Le déplacement à Nantes n’augure rien de bon et la zone de relégation se rapproche dangereusement. Certes les Cristoliens ont du potentiel. Ils l’ont démontré contre Chambéry, Paris et Montpellier mais à quoi cela peut-il bien servir lorsque l’équipe se trouve dans l’incapacité de battre ses adversaires directs comme Ivry, Sélestat voire Aix ? 


Sur la lancée d’un beau week-end de coupe de la Ligue, Dunkerque a réalisé un véritable festival face à Billère. 5-0 après seulement 4 minutes, 27 arrêts à deux gardiens, 37 buts inscrits dont 8 pour Benjamin Afgour (notre photo - meilleur réalisateur de la rencontre), une défense qui n’en a encaissé que 22, bref, de quoi quitter Dewerdt, l’esprit serein et avec le sens du travail bien accompli. Avant la trêve internationale, il reste un seul match à disputer, à Aix et pour les Nordistes, il faudra être vigilant face à un promu qui a une toute autre envergure que Billère. Que peuvent d’ailleurs, espérer les Béarnais avant Noël… un miracle ? C’est peu probable puisque c’est à Saint Raphaël qu’ils clôtureront l’année civile. L’an passé, après 13 journées, Istres fermait la marche avec toutefois trois victoires et un nul. Au final, les Provençaux n’avaient pas évité la bascule à l’étage inférieur. C’est ce qui attend Billère à moins d’un (improbable) électrochoc. Récemment, les dirigeants pyrénéens étaient à la recherche d’un joker. Un joker, un nouvel entraîneur ou un préparateur mental ? 


C’est grâce à une défense en partie retrouvée et un Heykel Megannem des grands soirs (notre photo – 10 buts à son actif) que Saint Raphaël a su faire la différence sur Toulouse. Cela n’a pas empêché les Varois de jouer avec le feu, menant largement en 1ère période (13-8 après 15’) et perdre pied lorsque Toulouse sécurisé par un énorme Daouda Karaboué (16 arrêts) va refaire son retard et passer même devant (19-20 à la 33ème).  C’est dans cette seconde période, que Saint Raphaël va véritablement montrer sa détermination à ne plus céder le moindre point sur ses terres (déjà 4 abandonnés en cinq rencontres). La rentrée de David Juricek et surtout de Geoffroy Krantz seront déterminantes. Les hommes de Christian Gaudin vont se redonner de l’air (29-26 à la 48ème), Toulouse va revenir sans pour autant reprendre la main sur le tableau d’affichage. En s’imposant face à une équipe toulousaine très accrocheuse qui par prudence n’a finalement pas utilisé Jérôme Fernandez, Saint Raphaël engrange son 5ème point en trois rencontres. Avant d’accueillir Billère, mercredi, et de clôturer l’année sur une note positive, les Azuréens retrouvent une place plus en rapport avec leur standing, à seulement un point de Nantes, le 5ème.

 

Sorti par la petite porte du Final Four de la coupe de la Ligue, Sélestat a retrouvé face à Pays d’Aix, son collectif et un gardien, Laszlo Fulop (13 arrêts) en état de grâce et efficace dans les moments-clé. Les Alsaciens ont su se remobiliser pour le véritable objectif de leur saison, le maintien parmi l’élite. Même si les défenses se sont accordé quelques libertés avec 66 buts encaissés en 60 minutes, les spectateurs se sont véritablement régalés. Les partenaires de Jordan François-Marie (notre photo – meilleur buteur de la rencontre avec 9 réalisations) vont pourtant mettre longtemps à se débarrasser de leur adversaire provençal. Le mano a mano va durer 40 minutes (19-19) avant que les Aixois aient un passage à vide et encaissent un cinglant 10-2. Pertes de balle, tirs contrés, sanctions à répétition, neuf minutes qui vont leur être irrémédiablement fatales et qui vont les éloigner à jamais d’un exploit qui aurait pu être très intéressant sur le plan comptable. Tant mieux pour Sélestat qui a démontré que sa place en D.1 n’était pas usurpée. Le bilan de la soirée est très profitable aux Alsaciens qui non seulement empochent les deux points mais bénéficient des autres résultats. Avant de se déplacer mercredi à Toulouse, ils sont 9èmes au classement à surtout cinq points … d’Aix, le premier relégable.  
  

« Je crois que cette victoire nous montre le potentiel qu’on a car depuis le début de la saison, seul Montpellier est venu s’imposer à Ivry. Cela n’a pas été un grand match mais en même temps, il y a eu de l’engagement, un vrai derby qui s’est joué sur un rien. » Et ce petit rien a suffi au bonheur de Stéphane Imbratta, l’entraîneur de Tremblay. Un bonheur à double titre. En 7 années de présence en D1, l’équipe de Seine-Saint Denis ne s’était jamais imposée à Delaune et surtout son équipe signe là, sa 1ère victoire à l’extérieur depuis le début de saison. La rencontre a finalement basculé dans le money-time, quand la tension commençait à monter, lorsque le délégué se levait le plus souvent de son siège pour calmer les deux bancs. Ivry aurait pu s’imposer. Mais Romain Guillard, un ancien de la maison d’en face et surtout le jeune gardien Milan Malina (4 arrêts décisifs dont un pénalty dans les cinq dernières minutes) vont en décider autrement. Cette défaite à domicile, laisse un goût amer dans toutes les bouches ivryennes.François-Xavier Chapon, encore irréprochable avec 17 arrêts à son actif avait du mal à trouver les mots pour expliquer ce revers. « On a laissé échapper des ballons au mauvais moment, on menait, on les a laissés revenir. Je ne pense pas que ce soit un manque de lucidité, on était présent dans le combat. C’était un derby certes mais ça n’a eu aucune incidence dans la préparation. Ce genre de dénouement, ça arrive souvent, derby ou pas. Je suis convaincu qu’on n’a pas fait un mauvais match. Désormais, il faut battre Cesson pour bien terminer l’année et surtout ne pas se laisser décrocher. » Voilà un mois que Ivry n’a pas remporté un match, Tremblay pour sa part, reste sur une bonne dynamique, prêt à affronter l’ogre parisien. 


En coulisses ....

Uros Viloski bientôt en D.1. Prêté à Montpellier par le club hongrois de Vezsprem, le pivot serbe qui s’entraîne avec l’équipe héraultaise depuis début novembre, ne devrait plus patienter très longtemps avant de goûter à la D.1 masculine. Le MAHB qui dans un 1er temps avait demandé un joker qui lui a été refusé par la LNH, a du présenter un nouveau budget prévisionnel après le retrait d’un de ses principaux partenaires (Brother) suite à l’affaire des paris suspects. Uros Vilovski pourrait être qualifié dès cette semaine et Patrice Canayer ne désespère pas de l’aligner jeudi contre Chambéry. «Il est physiquement et sportivement opérationnel. Si je ne peux pas en disposer cette semaine, il sera dans l’effectif, à la reprise. »

Fabrice Guilbert sera fixé mardi 18 décembre. Suite à un acte d’anti-jeu survenu le 24 octobre dernier lors de la réception de Chambéry, le capitaine de Créteil avait été lourdement sanctionné par la commission de discipline de la Ligue. Il avait écopé de trois rencontres de suspension. Il en a purgé une, face à Paris mais entre temps, a fait appel (suspensif) de la décision. Cet appel sera examiné mardi. 

PARIS HANDBALL - HBC NANTES 
31 - 29 (Mi-temps : 16-16)
Statistiques du match
Lieu :
Pierre de Coubertin
82, avenue Georges Lafont 75016 PARIS
Date :
Le 13/12/2012 19h15
Arbitres :
BOUNOUARA SAID
SAMI KHALID

*****************************

US CRETEIL HANDBALL - MONTPELLIER HANDBALL 
33 - 35 (Mi-temps : 15-15)
Statistiques du match
Lieu :

ROBERT OUBRON
RUE PASTEUR VALERY RADOT 94000 CRETEIL
Date :
Le 14/12/2012 20h30
Arbitres :
BOURGEOIS JEAN-FRANÇOIS
DENIS PATRICK

*****************************

UNION SPORTIVE IVRY HANDBALL - TREMBLAY EN FRANCE HANDBALL 
25 - 26(Mi-temps : 13-12)
Statistiques du match
Lieu :
Gymnase Auguste Delaune
16 rue Robespierre 94200 IVRY SUR SEINE
Date :
Le 15/12/2012 20h00
Arbitres :
DENTZ THIERRY
REIBEL DENIS

*****************************

DUNKERQUE HANDBALL GRAND LITTORAL - BILLERE HANDBALL 
37 - 22 (Mi-temps : 19-10)
Statistiques du match
Lieu :
DEWERT (Stade de Flandres)
Salle Dewert Avenue de Rosendael 59140 DUNKERQUE
Date :
Le 14/12/2012 20h00
Arbitres :
ANICET JEAN-PATRICK
FERRANDIER FREDERIC

*****************************

SAINT RAPHAEL VHB - FENIX TOULOUSE HANDBALL 
32 - 31 (Mi-temps : 17-18)
Statistiques du match
Lieu :
PALAIS DES SPORTS
Rue des Chataigniers Rd Point Ankarr 83700 ST RAPHAEL
Date :
Le 15/12/2012 21h00
Arbitres :
MORENO JEAN-PIERRE
SERRANO MICHEL

*****************************

CESSON RENNES MÉTROPOLE HB - CHAMBERY SAVOIE HB 
23 - 31 (Mi-temps : 10-15)
Statistiques du match
Lieu :
PALAIS DES SPORTS
Allée de Champagne 35510 CESSON SEVIGNE
Date :
Le 16/12/2012 15h10
Arbitres :
BUY OLIVIER
DUCLOS SEBASTIEN

*****************************

SELESTAT ALSACE HANDBALL - PAYS AIX UNIVERSITE CLUB HANDBALL 
36 - 30 (Mi-temps : 15-14)
Statistiques du match
Lieu :
Centre Sportif Intercommunal "Eugène Griesmar"
Quai Albrecht 67600 SELESTAT
Date :
Le 15/12/2012 20h30
Arbitres :
CLAPSON SIEGFRIED
FIESCHI XAVIER

*****************************

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités