mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Le Havre vraiment dans le rouge
Le Havre vraiment dans le rouge
8 Janvier 2015 | France > LFH

Résumé de la 13° Journée de LFH. 
Battues à Dijon malgré une excellente entame de match, les Havraises traînent à la dernière place de LFH et perdent du terrain sur le Top 6. Rien ne sera facile pour les filles de Sandor Rac cette saison, alors que Nîmes et Toulon creusent un premier écart en milieu de classement.

Tout avait pourtant bien commencé. Une défense qui bloquait les arrières dijonnaises, quelques montées de balle ou buts sur attaque placée, un peu de réussite avec des tirs adverses sur le poteau et un écart de 5 buts après 10 minutes (6-1). Clairement, Le Havre a bien commencé 2015. Mais cela s’est moins bien poursuivi. Non, les Normandes ne se sont pas rassurées ce mercredi en Bourgogne, alors qu’elles avaient à nouveau toutes les cartes en main pour se relancer dans un Championnat qu’elles traversent avec morosité depuis trois mois, leur dernier succès remontant au… 20 septembre ! A Dijon, les filles de Sandor Rac ont perdu, de nouveau (25-22), et cèdent du terrain sur le reste de la meute.

Malgré ce bon départ donc, le HAC s’est sabordé. Après avoir tenu le rythme grâce à l’agilité de sa pivot internationale Laurisa Landre (4/5 à la pause), Le Havre a connu un passage à vide de dix minutes, encaissant un 5-0 qui a complètement relancé Dijon (10-10). Jessica Alonso Bernardo maintenait les siennes dans le coup (12-12, 33e). Mais les tirs manqués par l'arrière Ramune Pekarskyte d’un côté (1/9) étaient convertis avec brio par Marie Prouvensier de l’autre. L’ailière droite, de retour de sa première compétition internationale avec l’équipe de France, a volé sur son côté, marquant 12 fois en 13 tentatives devant une Linda Pradel impuissante.

Dans le sillage de leur feu-follet, les Dijonnaises creusaient l’écart (21-18, 51e) grâce à un collectif retrouvé après des dernières prestations plus difficiles fin 2014. La défense locale, en encaissant 3 maigres buts en un quart d’heure, assurait ensuite la victoire du CDB malgré un retour havrais (22-20, 57e). Ce troisième succès permet aux coéquipières de Léa Terzi de reprendre provisoirement la 6e place et de se rassurer, surtout, avant un déplacement difficile chez le leader fleuryssois mercredi prochain.

Toulon accroche Metz

Devant pendant 40 minutes, derrière pendant les 20 dernières, Toulon a finalement contraint Metz à partager les points dans le Var. Après un début de match très offensif (5-5, 7e), Marie-Paule Gnabouyou, efficace à l'arrière droite (7/15), et Alexandra Bettacchini, solide dans les cages (9 arrêts à 47% à la pause), permettent à Toulon de faire la course en tête (11-8, 24e). Mais Paule Baudouin (9 buts sur 11 tirs) et Laura Glauser (14 arrêts à 35% en une heure) inversent le schéma en seconde période et Metz passe devant (18-20, 45e). Sonja Basic, intéressante pour son premier match en France (4 buts), donne même quatre buts d'avance aux Moselannes à l'entame des dix dernières minutes (23-19). Le moment choisi par la défense toulonnaise de se resserrer et par Sabrina Ciavatti de marquer ses deux premiers buts varois. Troelsen égalise finalement à 30 secondes de la fin (26-26), la dernière offensive de Metz ne donnant rien. Un match nul logique.

Les Messines perdent un point sur le leader, Fleury, qui s'est imposé sans trembler à Nantes (35-29). Le collectif de Fred Bougeant s'est appuyé sur ses deux locomotives espagnoles, Alexandrina Barbosa (10 buts sur 11) et Marta Mangué (6 sur 9), fraîchement argentées à l'Euro et visiblement pas fatiguées, pour créer l'écart en première période (11-7, 17e). Avec l'apport des ailières Houette et Tounkara (10 buts à elles deux), Fleury a tranquillement géré son avantage (28-21, 48e puis 34-25, 55e). Et entame 2015 de la meilleure des manières, tout en ayant préservé les organismes.

Nîmes aussi repart sur une victoire, alors que les filles de Christophe Chagnard avaient quitté 2014 sur une mauvaise série. Face à l’UMBB, elles ont dû batailler pendant une heure avant de l’emporter d’une unité dans le money time (31-30). Malmenées dans le premier acte par les Girondines (10-13, 23e), les coéquipières d’une toujours brillante Mouna Chebbah (10/16 aux tirs) ont recollé avant la pause (15-15) avant de faire la course en tête après le repos, s’accordant un matelas de 4 buts. Pourtant, l’Union d’une bonne Alice Durand (7 buts) n’était qu’à une longueur à trois minutes de la fin, le temps pour les gauchères Blandine Dancette et Camille Ayglon (10 buts à elles deux) de forcer la décision.

Statistiques à venir...

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités