mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Paris peut remercier chaleureusement Chambéry
Paris peut remercier chaleureusement Chambéry
21 Mai 2015 | France > LNH

Chambéry, crépuscule du titre pour Montpellier ? Cela en a tout l'air ! Car si Paris qui est désormais maître de son destin, reste sérieux lors des deux dernières journées, on ne voit pas comment le titre pourrait échapper aux hommes de la capitale. Car ce jeudi soir, Montpellier a perdu le match qu'il ne fallait pas en terre savoyarde.

« Cette victoire est méritée car ils ont été devant tout le match. » Ce constat d’échec établi par Michaël Guigou à la fin de la rencontre en dit long sur l’impossibilité pour Montpellier de se conduire en véritable patron sur cette fin de championnat. Encore une fois et comme face à Paris, les Héraultais ont perdu leurs moyens dans les grandes occasions. Car ce déplacement au Phare en était une, surtout pour maintenir à distance le rival parisien. Montpellier est tombé sur une grande équipe de Chambéry, inventive en attaque avec la puissance d’un génial Timothey N’Guessan (7 buts), la percussion d’un tout aussi précieux Marko Panic, le métier de Cédric Paty (tous les deux 6 buts), une défense qui a su se montrer à la hauteur et surtout un gardien d’exception. Yann Genty (notre photo de tête) a mis le Phare en ébullition lorsqu’il a commencé puis continué à allumer des mèches face aux attaquants montpelliérains. Quatorze arrêts officiellement recensés, bien plus en terme de parades, il a été présent du début à la fin. Même dans les cinq dernières secondes lorsqu'il va s'interposer à presque 15 mètres de ses cages sur une dernière attaque du MAHB et alors que la cause était entendue (29-27).



Si Montpellier l’avait emporté, on aurait certainement mis en valeur la force de caractère de cette équipe qui à trois reprises sera largement distancée et qui à chaque fois, remontera son handicap. D’ailleurs, à la 37ème lorsque l’écart était de cinq buts, que Patrice Canayer était en mal de solutions notamment en défense et N’Guessan insolent de réussite, peu de monde donnait cher de sa peau. Et pourtant en six minutes alors que Mesnard avait pris la place de Siffert dans les buts et que Guigou avait remis son équipe dans le sens de la marche, le MAHB est revenu au score (21-21). Sans pour autant trouver la faille pour pouvoir passer devant. Car si les Héraultais grâce à leur capitaine vont s'avérer efficaces dans le jeu rapide, ils seront souvent pris en défaut sur attaque placée. A l’inverse de Chambéry qui s'est montré plus précis avec ses deux arrières latéraux et un Bertrand Gille qui conserve de beaux restes. Même en supériorité numérique à l’approche du money-time, Montpellier s’est pris les pieds dans le tapis (27-24 à la 54ème). La double stricte décrétée à moins de cinq minutes du terme sur Panic et N’Guessan n’aura aucun effet. « Ce qu’on a fait ce soir, soufflera Michaël Guigou au micro de beIN, est un peu à l’image de la saison. On n’a pas su réaliser des matches complets face à des équipes qui avaient quelque chose à jouer. On a les moyens mais par intermittence. On verra bien ce qu’il va se passer. Ce qui est sûr, c’est qu’il va falloir être meilleur si on veut aller gagner à Dunkerque. »

Car l’information principale de cette 24ème journée est là. Montpellier a inversé négativement la tendance et n’est plus maître de son destin car désormais, c’est Paris qui est devant. Et à deux levées de la fin, ce serait presqu’une faute professionnelle du côté des hommes de Gardent de laisser échapper ce titre qui leur tend les bras.

Paris fait le boulot à Cesson

La prolongation de deux ans que Romaric Guillo (notre photo) a signé avec Cesson a vraisemblablement donné des ailes au massif central de la défense bretonne. Car le jeune pivot (il n'aura 24 ans qu'en octobre) est aussi adroit face au but. Il l'a démontré ce mercredi soir en réalisant son match le plus accompli de la saison (7/8). Pourtant cela n'a pas été suffisant pour mettre en échec le PSG. Au terme d'une 1ère période où Kévin Bonnefoi avait largement remporté dans les cages, son duel avec Thierry Omeyer (11 arrêts contre 4), tout était possible (12-14). L'espoir d'accrocher le PSG à son tableau de chasse va longtemps persister (21-22 à la 48è). Mais l'espoir ne suffit pas surtout face à un tel adversaire. Paris dans le sillage de Mikkel Hansen (8 buts) va s'imposer (23-26).   

Indécise 3ème place

Si le mano a mano pour le titre a pour l'instant basculé en faveur de Paris, celui pour la 3ème place reste très indécis.
St Raphaël et Dunkerque sont toujours au coude à coude et ne montrent aucun signe de renoncement. Pourtant dans le Var, il a fallu tout de même employer les grands moyens en 1ère période, pour contenir les assauts des joueurs d'Istres. St Raph’ a fait véritablement la différence après la pause et n’a cessé d’augmenter son écart (38-30). La semaine prochaine, c’est le 1er des deux moments de vérité de cette fin de saison... à Paris avant de recevoir début juin, l’adversaire direct, Dunkerque. 

Les Nordistes eux n’allaient pas s’embarrasser du cas de figure où pour venir à bout de Créteil, ils auraient à puiser dans leurs ressources. Les hommes de Patrick Cazal vont prendre la tête dès la 6ème minute et ne jamais plus la quitter (21-28 score final). Sécurisée par un excellent Vincent Gérard (21 arrêts !!! dont 3/4 à 7m - notre photo), la défense dunkerquoise va aimanter les intentions d'une équipe cristolienne limitée dans ses choix et ses mouvements collectifs. A cinq longueurs derrière à la pause, le mal était fait, le retour des vestiaires sera catastrophique (avec un 1-5 encaissé en 3'). « On a mis quelques minutes pour maîtriser Créteil qui n'avait plus rien à jouer, analysait Bastien Lamon. Ensuite en effet, notre défense, très bonne a fait le reste et nous a permis de monter les ballons. On a réalisé un match propre et point positif, on a pu faire tourner et économiser quelques forces. On s’est mis dans de bonnes conditions pour arriver à la finale. » Ce match décisif du 4 juin est désormais dans toutes les têtes. Sans oublier la semaine prochaine que Dunkerque accueillera Montpellier et que St Raphaël se déplacera à Paris. « On a la volonté d’une équipe condamnée à gagner les matches qui se présentent, renchérit Patrick Cazal. Pourtant, depuis la défaite face au PSG, j’avais senti que l’investissement à l’entraînement n’était pas à la hauteur. Tant mieux, les joueurs m’ont donné tort. » 24 heures avant le rendez-vous entre Chambéry et Montpellier, le technicien nordiste souhaitait un succès des Héraultais. Surtout pour empêcher le retour des Savoyards sur les traces de son équipe et la 3ème place de D1. L’ancien barjot n’a pas été exaucé. La lutte finale n’en sera que plus passionnante.



Sous les pavés, la plage

Aix
en mode "tongues et bermudas"…. C’est ce qu’on aurait pu croire, vingt minutes à peine après le coup d’envoi puisque Nîmes menait à l’extérieur (8-18). La démission de l’ensemble aixois sera étudiée avec attention dans le vestiaire à la pause d’où un sursaut d’orgueil en 2ème période et une réduction du score (16-21 à la 39ème) qui restera toutefois en faveur des Gardois. Les partenaires d'Hallgrimsson (meilleur réalisateur avec 11 buts) obtiennent leur revanche (28-34) puisqu’ils s’étaient inclinés chez eux lors du match aller. Ils grignotent également une place au classement et passent devant… Tremblay.

Les Franciliens encore une fois, n’ont pas su prendre l’ascendant à domicile. La saison prochaine, il faudra peut-être envisager de délocaliser certains matches comme cela sera le cas lors de la dernière journée à Beauvais, face au PSG. Ce mercredi, Toulouse a flairé le bon coup et face au duo magique Ilic-Porte (8 buts chacun), Tremblay a enregistré son 5ème revers intra muros (28-33). Pour certains, il est temps que la saison se termine. 10ème avec le 5ème budget de LNH n’est pas très reluisant.

Sélestat s’est battu jusqu’au bout mais a cédé d’une longueur (31-32) face à Nantes qui assuré d’être européen en cette fin d’exercice, expédie les affaires courantes. Deux pénaltys ratés et une meilleure transmission auraient pu faire la différence dans le camp alsacien mais la balance n’a pas penché du bon côté. Même quand les hommes de Thierry Anti ont semblé prendre le large, le SAHB a toujours recollé au score. Il reste désormais deux rencontres à disputer à Istres et contre Créteil. L’occasion de prendre congé de l’élite de digne façon. 



US CRETEIL -
DUNKERQUE HGL  
21 - 28 (Mi-temps : 8-13)
Statistiques du match

Arbitres:
BOURGEOIS JEAN-FRANCOIS
MORENO JEAN-PIERRE

*****************************

SELESTAT ALSACE - HBC NANTES     31 - 32 (Mi-temps : 16-18)
Statistiques du match

Arbitres:
ANICET JEAN-PATRICK
FERRANDIER FREDERIC

*****************************

TREMBLAY EN FRANCE - FENIX TOULOUSE   28 - 33 (Mi-temps : 15-16)
Statistiques du match

Arbitres:
BADER CLEMENT
WEBER LOIC

CESSON RENNES - PARIS ST GERMAIN    23 - 26 (Mi-temps : 12-14)
Statistiques du match

Arbitres:
DENTZ THIERRY
REIBEL DENIS

*****************************

SAINT RAPHAEL VHB - ISTRES OPH     38 - 30 (Mi-temps : 20-17)
Statistiques du match

Arbitres:
CLAPSON SIEGFRIED
FIESCHI XAVIER

PAYS AIX UC - USAM NIMES          28 - 34 (Mi-temps : 9-19)
Statistiques du match

Arbitres:
BONAVENTURA CHARLOTTE
BONAVENTURA JULIE

*****************************

CHAMBERY SAVOIE - MONTPELLIER AHB     29 - 27 (Mi-temps : 14-13)
Statistiques du match

Arbitres :
PICHON Stevann
REVERET Laurent

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités