mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC M: Paris déroule, Nantes épate, Montpellier sur le fil
LDC M: Paris déroule, Nantes épate, Montpellier sur le fil
5 Novembre 2017 | Europe > Champion's League

Et encore un week-end trois étoiles pour les clubs français en Ligue des Champions. Montpellier avait difficilement montré la voie dès samedi face à Lisbonne et dimanche, Paris mais surtout Nantes ont pris la mesure de leur adversaire polonais. Contre Kielce à Coubertin pour les partenaires de Nedim Remili (notre photo de tête) et en Pologne face à Plock pour les hommes de Thierry Anti.

par François DASRIAUX et Yves MICHEL

A PARIS, TITI OMEYER REPOUSSE L'AGE DE LA RETRAITE

Mercredi après qu’une équipe hybride de Kielce ait gagné son énième match en Ligue polonaise en marquant presque deux fois plus de buts que son adversaire, Talant Dujshebaev ne s’était pas attardé sur le sujet. Dans la tête de l’entraîneur, l’opposition de fin de semaine contre Paris était bien plus importante. Sans cacher ses intentions: une 1ère victoire à l’extérieur cette saison en Ligue des Champions après un démarrage plutôt poussif.  Il faudra qu’il prenne son mal en patience et Kielce ne rejoindra pas Kiel et Barcelone au rang des formations qui ont battu le PSG sur ses terres en Ligue des Champions.

Pourtant au vu de la 1ère période, les vainqueurs du Final Four 2016 auraient pu prétendre à mieux. Ils vont tout d’abord faire face à la détermination de Nédim Rémili, buter sur une défense parisienne bien en place mais surtout sur un Thierry Omeyer qui n’a pas encore l’intention de percevoir ses pensions-retraite. "Titi" va s’illustrer d’entrée et de la plus belle des façons qui soient. En moins de trois minutes sur pénalty face au très expérimenté Bielecki (35 ans) et à son jeune coéquipier ancien Dunkerquois Mamic (23 ans).  Paris partait sur de bonnes bases mais cela ne va pas durer. Quelques ballons perdus, une transmission souvent approximative et en face, Kielce qui retrouvait quelques vertus notamment grâce à ses petits gabarits (Janc, Jachlewski) et l’infatigable pivot Julen Aguinagalde qui ne va pourtant pas connaître son rendement habituel. L’objectif que s’était fixé l’entraîneur Dujshebaev était devenu soudain réalisable, sans déployer un jeu passionnant, son équipe avait gagné suffisamment de duels pour avoir la maîtrise du tableau d’affichage (9-12 à la 16ème). Après un 1er temps mort (salvateur ?), Mikkel Hansen va réduire l’écart (11-12). « On les avait remis nous-mêmes dans le match, analyse Thierry Omeyer, et lorsqu’ils étaient devant, on a trouvé les bonnes solutions pour les contrer et revenir. On s’est plutôt bien adapté, on a resserré les espaces, on est moins sorti et grâce à une grosse défense, ils ont commis quelques erreurs. » A 41 ans, "Titi" va aussi s’employer à ruiner les intentions polonaises. C’est d’ailleurs en infériorité numérique que le PSG va repasser devant (17-15) et rentrer aux vestiaires plutôt satisfait de la tournure qu’avaient prise ces dix dernières minutes.

A la reprise, Sander Sagosen assez discret jusque-là, allait se rappeler au bon souvenir de ses supporters. C’est en imprimant la même intensité et le même volume de jeu qu’en fin de 1ère période que le PSG va véritablement asphyxier son vis-à-vis. Simplement en enchaînant aussi ce qu’il y a de plus classique dans le handball, une défense hermétique devant un gardien intraitable, une montée de balle irréprochable avec ou sans relais et la précision dans le tir. Le 6-1 encaissé par Kielce en cinq minutes lui sera fatal. « Les équipes s’usent aussi au fur et à mesure que le match avance, renchérit Omeyer. Derrière on a pu récupérer les ballons qu’il fallait et quand on marque en contre-attaque, c’est toujours des buts plus faciles. C’est bien d’avoir creusé l’écart et de s’être mis dans une situation qui nous évitait de trembler sur la fin. » La démonstration parisienne ou plutôt la démission polonaise (c’est selon) va prendre des allures que personne n’aurait imaginées en début de rencontre (+9 à la 46ème). Dans le dernier quart d’heure, Paris va s'offrir quelques libertés et "oublier" de soigner la finition. Et comme Slawomir Szmal s’illustrait (un peu tard) dans ses cages, l’écart sera ramené à des proportions un peu moins humiliantes pour Talant Dujshebaev et ses joueurs. Et dire qu’en arrivant dans la capitale, l’entraîneur russo-espagnol avait des envies de victoire ! Pour le PSG, le mois de novembre annoncé comme décisif, commence plutôt bien. Soumis comme tous les clubs qui disputent l’Europe, à une cadence infernale, "Titi" et les siens auront un véritable test, dans une semaine, toujours à Coubertin face aux 1ers du groupe, les Hongrois de Veszprém. « Avant cela, rectifie le gardien parisien, il y a un difficile déplacement à Nîmes en championnat. On sait que tous les trois jours, il nous faut repartir au combat, remettre le même rythme avec le même état d’esprit. Cela nous réussit. Jeudi, c’était Dunkerque, là, on est encore monté d’un cran. » A Paris désormais de déjouer tous les pièges qui vont se présenter. Et mercredi, le Parnasse nîmois en est un par excellence.   

PSG Handball - PGE Vive Kielce (Pol)      33 - 28  (MT: 18-16)

Evolution du score:
3-1 (3) 5-2 (5) 5-5 (8) 7-7 (11) 9-9 (14) 9-12 (16) 15-15 (21) 18-15 (29) 18-16 (MT) 20-16 (31) 21-19 (34) 24-19 (38) 26-21 (42) 30-21 (45) 30-24 (49) 33-25 (55) 33-28 (FIN)

ParisParis
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
N.REMILI7/120/07/1200010714
U.GENSHEIMER5/70/05/700000513
N.KARABATIC5/80/05/800000512
B.KOUNKOUD4/40/04/400000412
S.SAGOSEN4/60/04/600000410
M.HANSEN3/60/03/60000036
H.MOLLGAARD JENSEN2/20/02/20000026
J.NIELSEN2/20/02/20000026
E.KEMPF1/20/01/20000012
J.DAMJANOVIC0/00/00/00000000
D.NAHI0/00/00/00000000
L.KARABATIC0/10/00/1000000-1
L.STEPANCIC0/20/00/2000000-2
Total33/520/033/52000103378
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
T.OMEYER17/392/419/4300000026
R.CORRALES RODAL0/40/00/4000000-4
Total17/432/419/470001033100
KielceKielce
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
B.JANC4/50/04/500000411
J.AGUINAGALDE AKIZU3/40/03/40000038
A.DUJSHEBAEV DOVICHEBAEVA5/110/05/110001057
M.JACHLEWSKI2/20/02/20000026
M.JURKIEWICZ3/40/03/40001036
M.STRLEK2/30/02/30000025
U.ZORMAN2/30/02/30000025
D.BOMBAC1/20/01/20000012
D.DJUKIC1/20/01/20000012
K.BIELECKI1/62/33/90000031
M.JURECKI0/00/00/00000000
M.KUS0/00/00/00000000
K.LIJEWSKI1/40/01/40000010
M.MAMIC1/10/11/20000010
Total26/472/428/51000202853
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
S.SZMAL15/480/015/480000004
M.WALACH0/00/00/00000000
Total15/480/015/48000202857

Le diaporama de PSG - Kielce par Lorie Couvillers


NANTES S'EN SORT PARFAITEMENT LOIN DE SES BASES

Après quelques résultats un peu chaotiques, le HBC Nantes a réussi à parfaitement redresser la barre en allant gagner en Pologne sur le terrain de Plock. Superbe performance des hommes de Thierry Anti, et on sera curieux de voir combien d’équipes arriveront à venir s’imposer sur le même terrain.

Pour construire cette victoire, Nantes s’est d’abord appuyé sur le retour d’un jeu rapide efficace et très générateur de buts « faciles ». Pourtant, en face, les Polonais appuyaient aussi sur l’accélérateur dès la balle récupérée, et cela donnait un match un peu fou où tout le monde courrait un peu dans tous les sens et les pertes de balles tombaient d’un peu partout. Mais à ce petit jeu, Nantes avait un avantage, son repli. Car si Plock sait parfaitement enclencher la marche avant, pour passer la marche arrière cela craque un peu partout dans la boîte de commandes. Alors le HBCN avait les ballons, sauf que malheureusement, il y en avait pas mal de gâchés par un certain Adam Morawski. 23 ans, gardien de but de grand avenir, celui-là va faire passer de sales moments aux shooteurs nantais en s’interposant un paquet de fois sur des 1x1 appelés aussi « immanquables » qui, là étaient trop souvent manqués. Résultat alors que Nantes avait tout dans les mains pour bien enfoncer la tête des Polonais au fond du seau, Plock était toujours en vie à la pause avec seulement 3 buts de retard.

Et en vie, les hommes du H allaient vite s’en rendre compte au retour des vestiaires… Privés de demi-centre de métier, Piotr Prizbecki avait tenté pas mal de combinaisons pour rendre sa base arrière efficace sur jeu placé. Pas grand-chose n’avait vraiment marché en première période, la seconde allait être d’un tout autre tonneau. Sime Ivic en inspirateur, Gilberto Duarte en perforateur et Dan Emil Racotea en régulateur, cela marchait et même marchait fort au point que Nantes semblait perdre les pédales et surtout la main mise sur le score. La défense ne trouvait plus les moyens de stopper le jeu des Polonais, l’attaque s’épuisait contre des Golgoths appuyés sur leur 6-0 et sans balles de jeu rapide, Nantes en était réduit à la portion congrue. Il fallait changer quelque chose et Thierry Anti allait commencer par faire entrer Arnaud Siffert à la place d’un Cyril Dumoulin à la peine sur cette seconde période. Et cela allait être un gros coup gagnant ! 2 parades de suite à 6 mètres, deux ballons récupérés et convertis en buts, et Nantes revenait complètement dans le match pour ensuite appuyer très fort de nouveau sur le jeu rapide. Le match aurait dû être plié, mais ce diable d’Adam Morawski allait ressortir de sa boîte de superbe façon. De quoi laisser ses couleurs dans la partie et obliger Nantes à s’arracher pour gagner le match avec un Nicolas Claire décisif dans les derniers instants de jeu. Nantes a décroché ses premiers points à l’extérieur dans cette poule A. A voir comment cette belle réussite pourra être capitalisée la semaine prochaine à Szeged !

Orlen Wisla Plock (Pol) - HBC Nantes      30 - 32 (MT: 13-16)

Evolution du score : 4-3 5°, 6-6 10°, 8-10 15°, 10-13 20°, 11-15 25°, 13-16 MT - 16-17 35°, 20-19 40°, 22-23 45°, 24-27 50°, 28-29 55°, 30-32 FT.

PlockPlock
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
L.MIHIC5/50/05/500000515
S.IVIC3/52/35/800000510
N.OBRADOVIC3/30/03/30000039
G.DUARTE3/50/03/50000037
M.DASZEK2/20/02/20000026
P.KRAJEWSKI2/20/02/20000026
T.GEBALA2/40/02/40010022
M.GEBALA2/50/02/50001021
V.GHIONEA2/40/12/50000021
D.RACOTEA2/50/02/50010021
I.ZABIC1/10/01/10001011
M.PIECHOWSKI0/00/00/00000000
J.GUILHERME DE TOLEDO1/40/01/4000101-2
Total28/452/430/49002303057
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
A.MORAWSKI13/421/414/460000004
A.BORBELY0/00/00/00000000
M.WICHARY0/00/00/00000000
Total13/421/414/46002303061
NantesNantes
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
D.BALAGUER ROMEU8/111/29/1300000921
D.KLEIN5/70/05/700100511
N.TOURNAT3/30/03/30000039
E.GURBINDO MARTINEZ2/42/24/60001048
S.BURIC3/30/03/30002035
N.CLAIRE4/70/04/70030043
K.LAZAROV1/20/01/20000012
G.SAURINA1/10/01/10010011
J.EMONET0/00/00/00000000
R.FELIHO0/00/00/00000000
J.MATULIC0/00/00/00000000
D.PECHMALBEC0/00/00/00000000
R.FALUVEGI2/50/02/5002002-1
R.LAGARDE0/10/00/1001000-3
Total29/443/432/48008303256
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
A.SIFFERT4/120/04/120000002
C.DUMOULIN8/280/28/30000000-2
Total12/400/212/42008303256





Porte claque le but de la libération montpelliéraine

« C'était le tir du désespoir et ça rentre ! Tant mieux parce qu'on a souffert. »
En deux phrases, Valentin Porte (notre photo) a résumé le scénario du match que Montpellier a du livrer face au Sporting de Lisbonne. Un match âpre où aucune défense ne s’est faite de cadeaux et où les fautes techniques (nombreuses de part et d’autre) ont été souvent payées cash. Les Héraultais ont raté leur entrée et ont longtemps couru après le score. Ils ont du faire face aussi à l’adresse d’Ivan Niksevic qui n’a rien concédé à sept mètres. Un 8 sur 8 dans cet exercice pour une statistique globale de 11/12, le demi-centre serbe aurait pu être le grand homme de l’après-midi, Valentin Porte lui a volé la vedette. Le gaucher tricolore a délivré son équipe en prenant ses responsabilités à la limite du temps, laissant les Lisboètes hagards, eux qui avaient a minima en poche le partage des points comme récompense. « On savait que Lisbonne était une très bonne équipe. On a rencontré des difficultés sur le plan défensif, sans doute parce qu’on a fait preuve d’insuffisance, constate Patrice Canayer. Il y a de quoi être satisfait de s’en être sorti. Mais je le répète, c’est en défense qu’il va falloir continuer de travailler. »  L’absence de Ludovic Fabregas, indisponible pour au moins trois mois suite à une blessure au bras, a pesé lourd et l’organisation héraultaise pour défendre sa zone en a pâti. Les fautes se sont accumulées et le coach du MHB a du changer de stratégie quand la 0-6 qui depuis le début de saison fonctionnait à merveille n’a plus été aussi efficace. La 1-5 avec Jean Loup Faustin ou Arnaud Bingo en pointe a présenté une meilleure garantie. Après avoir été mené ou du moins bien accroché pendant plus d’une mi-temps, Montpellier qui jusque-là avait été apathique dans le secteur défensif et avait perdu beaucoup de ballons, a commencé à réagir sur des exploits individuels du duo Afgour-Simonet transformé soit en passeur décisif mais le plus souvent en tireur efficace. Le pivot transfuge à l’intersaison de Dunkerque a démontré qu’il avait de la ressource et qu’on pourrait à l’avenir compter sur lui. A l’approche du dernier quart d’heure, lorsque les Héraultais avaient pris trois buts d’avance, on pouvait penser que Lisbonne payait sa débauche d’énergie et que les partenaires de Michaël Guigou allaient terminer en boulet de canon. Pure désillusion, le maigre crédit sera dilapidé en peu de temps et les compteurs seront remis à zéro (32-32 à moins d’une minute du terme). L’épilogue, on la connait. Le tir de Valentin Porte avant le buzzer fera exploser Bougnol. Les Montpelliérains ont eu chaud, ils ont parfois frôlé le pire mais on ne retiendra que l’essentiel. Après cette 6ème victoire en 6 matches de Ligue des Champions, il ne leur reste plus que trois rencontres (un déplacement à Skopje face au Metalurg et deux réceptions, face aux Russes de Chekhov et aux Turcs de Besiktas) pour entrevoir le bout du tunnel. Ils doivent terminer à l’une des deux 1ères places du groupe (si possible la 1ère) pour prétendre au barrage et espérer rejoindre les 8èmes de finale de la compétition. Avec un mois de novembre où comme toutes les équipes européennes, le calendrier ne les épargnera pas, la route est encore longue.

Montpellier Handball - Sporting Lisbonne (Por)      33 - 32  (MT: 16-17)

MontpellierMontpellier
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
B.AFGOUR6/70/06/700000617
D.SIMONET MOLDES6/80/06/800100614
M.GUIGOU2/31/13/40000038
V.PORTE5/80/05/80002058
A.TOUMI3/40/03/40000038
J.TRUCHANOVICIUS3/40/03/40000038
T.CAUSSE2/30/02/30000025
V.KAVTICNIK0/02/22/20010024
B.BONNEFOND1/10/01/10000013
A.BINGO0/00/00/00000000
M.RICHARDSON2/50/12/60000020
M.SOUSSI0/00/00/00000000
K.VILLEMINOT0/20/00/2000000-2
J.FAUSTIN0/10/00/1001100-5
Total30/463/433/50003303368
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
V.GERARD4/130/64/19001000-7
N.PORTNER4/200/24/22000000-8
Total8/330/88/41004303353
LisbonneLisbonne
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
I.NIKCEVIC3/48/811/12000001132
F.CAROL MARZO7/90/07/900120713
P.PORTELA5/80/05/800000512
T.ROCHA3/50/03/50000037
C.RUESGA PASARIN2/20/02/20000026
P.VEITIA VALDEZ2/20/02/20002022
F.BORGES DUTRA RIBEIRO0/00/00/00000000
J.BOZOVIC0/00/00/00000000
M.KOPCO0/00/00/00000000
F.TAVARES0/00/00/00000000
B.BJELANOVIC0/00/00/0000100-2
C.CARNEIRO1/20/01/2001201-4
E.ARAUJO1/40/01/4003001-6
Total24/368/832/44005703260
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
M.ASANIN8/281/29/300000002
M.GASPAR0/00/00/00000000
A.CUDIC1/110/21/13000000-10
Total9/391/410/43005703252


Le diaporama de Montpellier - Sporting Lisbonne par Patrick Davignon


LES AUTRES FRANCAIS EN LIGUE DES CHAMPIONS  

Dans le groupe A (celui de Nantes), Barcelone trace son chemin dans l’ombre du Vardar qui à Kristianstad a enchainé son 6ème match sans défaite (avec cinq succès, les Macédoniens ont concédé un nul à Szeged). Les Catalans qui incorporaient leur nouvelle recrue, l’Islandais Aron Palmarsson (1 but) n’ont eu aucune pitié pour les Croates de Zagreb (32-22). Avec un très bon comportement d’ensemble de nos représentants. Dika Mem et Yanis Lenne ont inscrit 4 buts chacun, Cédric Sorhaindo et  Timothey N’guessan, trois.

Dans le groupe B (celui du PSG), alors que les Allemands de Flensburg conduits par un Kentin Mahé inspiré (5 buts) avaient joué mercredi dernier et battu les Slovènes de Celje de Igor Anic (33-28), les Hongrois de Veszprém ont continué sur leur lancée en s’imposant face aux Danois d’Aalborg (30-24). William Accambray était sur la feuille de match mais n’a été que très peu utilisé, en fin de rencontre lorsque le score était acquis.

En revanche, les espoirs sont vains depuis bien longtemps pour Hugo Descat et le Dinamo Bucarest dans le groupe D (poule basse) de l'épreuve. Les Roumains malgré cinq buts du Français se sont inclinés à Leon (Espagne) 32-29. Ils n'ont remporté qu'une seule rencontre sur les six disputées.


                                          Yanis Lenne très à l'aise avec Barcelone face à Zagreb

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

Le Razel Bec en live avec Handvision

Les lives HandVision sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée, ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute. Si des problèmes surviennent malgré tout, sachez que nous travaillons à leur résolution.