mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Zeljko Anic et Villeurbanne travaillent pour l'avenir
Zeljko Anic et Villeurbanne travaillent pour l'avenir
8 Juin 2014 | National > Nationale 1M

Arrivé il y a près d'un an dans le Rhône, Zejlko Anic a entamé avec succès le chantier de recontruction Villeurbannais... avec quelques satisfactions individuelles et un podium final de N1 synonyme d'espoir pour les saisons prochaines.

L'ancien joueur Villeurbannais n'a rien perdu de sa gouaille : volontiers prolixe sur son retour au sein du club de l'agglomération Lyonnaise, il évoque sans détour le travail de restructuration nécessaire au VHA, l'obligation aussi de former encore et toujours les jeunes du crû avec l'espoir de garder plus facilement les meilleurs éléments. L'occasion enfin de discuter d'une saison de N1 où son groupe a fini 3ème de la poule 3 de Nationale 1 derrière Strasbourg et Belfort. Avec moins de 25 buts encaissés par match, Villeurbanne est encore cette saison la défense la plus hermétique du championnat. Retour sur un an de handball Villeurbannais avec Zeljko Anic.

Quel regard portez-vous sur votre arrivée au VHA ?
Je pensais trouver une équipe plus organisée, plus homogène. Finalement après le refus d’accession en Pro D2, je me suis aperçu que le chantier était beaucoup plus important que ce que je pensais. Il fallait réorganiser le club tant au niveau sportif qu’administratif. On met en place une organisation allant du mini-handball jusqu’à l’équipe première et on a presque terminé. C’est un travail important pour un club qui compte 400 licenciés. On a la chance d’avoir des entraîneurs très compétents dans toutes les catégories. Je pense que ça portera ses fruits prochainement.

Plus que jamais la formation Villeurbannaise est un atout ?
C’est vrai quand on voit les réussites aujourd’hui dans toute la France de joueurs confirmés sortis de Villeurbanne : Igor mon fils, Guillaume Joli, Arnaud Bingo… il y en a beaucoup. Des confirmés mais aussi ceux en devenir comme Baptiste Bonnefond ou Allan Villeminot à Montpellier, d’autres à Chambéry, Dijon ou Nancy…. Si je commence à compter, je ne pourrais pas m’arrêter. Il y en a un parquet.

Est-ce que le VHA peut retenir ses meilleurs joueurs ?
Justement, l’objectif est d’ici deux à trois ans de monter un centre de formation, avoir un club de haut niveau. Avec le président et les dirigeants, on se bat à tous les niveaux et dans tous les domaines. Comme le chantier est important, je n’ai évidemment pas l’intention de m’arrêter tout de suite… je suis évidemment parti pour rester quelques années.

En Nationale 1, comment voyez-vous le parcours du VHA ?
On a connu un début de saison désordonné à cause notamment de cette non-accession annoncée tardivement. Dans la tête des joueurs, ça a forcément été difficile à avaler et le démarrage a été difficile. Mais au final, la grosse satisfaction, c’est que l’on termine meilleure défense du championnat. Sur le plan offensif, j’attendais plus de certains joueurs cadres. Certains ont malheureusement fait une saison moyenne, d’autres en dessous de la moyenne. Et c’est là où on a été pénalisé, particulièrement sur le début de saison.

Un mot sur Davorin Vranic qui a fait très fort cette saison ?
C’est un joueur qui a nous beaucoup apporté. En attaque, tout tournait autour de lui. C’était la bonne pioche de la dernière intersaison : malheureusement, certains joueurs n’ont pas assez profité de son travail. Mais je n’oublie pas aussi Maxence Fix qui avait perdu confiance ces dernières saisons. On a réussi à le remotiver et son potentiel a explosé cette saison. C’est quelqu’un qui nous a fait du bien et il a fait une superbe saison. Mario, mon fils, a remplacé Guillaume Roche et sa grande expérience : il a été satisfaisant en défense… et utile quelquefois pour remplacer Julien Defillon en attaque. Ronan Carré n’avait pas beaucoup de temps de jeu l’an passé : il a joué surtout en seconde partie de saison et il nous a régalé.

Sur le poste de gardien de but, pas facile de remplacer Grégory Thévenot, parti tardivement aux Girondins ?
Surtout qu’il nous quitte trois jours avant la reprise du championnat. Dragan Jerkovic a rempli son rôle. Ce qui m’a fait plaisir derrière, c’est Hachemi Bengrine qui a longtemps vécu dans l’ombre de Greg Thévenot. Il a retrouvé envie et motivation… sur certains matchs, il a été extraordinaire surtout en phase retour. Ça me rassure pour la suite.

Quelles perspectives en terme d’effectif pour la saison à venir ?
D’abord, on a fait le bilan avec tous les joueurs : on a parlé avec eux, tenté de les rassurer et leur dire clairement ce que l’on attendait d’eux. On a beaucoup de communication en interne et je m’en félicite. On voit les joueurs très rapidement avant de partir en vacances… on sera obligé de baisser certains salaires, on doit notamment procéder au remboursement de la dette au cours des trois prochaines années pour rééquilibrer les comptes. Aucun départ ni arrivée n’est officialisé, ce n’est que mi-juin que l’on pourra finaliser beaucoup de choses. La seule nouveauté que je peux annoncer, c'est qu'on change de poule avec des déplacements vers le sud. On sait simplement que ça peut être plus facile par rapport aux équipes de l'est de la France.

© Davy Bodiguel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités