mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EHF : Berlin tremble face aux jeunes Nantais
EHF : Berlin tremble face aux jeunes Nantais
30 Novembre 2014 | Europe

Coupe EHF : 3ème tour retour. Il fallait un grand match... et Nantes a su le faire. Mais hélas, le goal-average défavorable (nombre de buts inscrits à l'extérieur) permet à Berlin de s'en sortir miraculeusement et de se qualifier pour la phase de poule. 

A voir Thierrry Anti brandir l'écharpe "ici, c'est Nantes" lors de la présentation des équipes, on ne doute pas de l'envie du coach ligérien d'inciter Beaulieu à s'embraser pour faciliter la tâche de son équipe. Mais avec un déficit de -5 avant le retour, en comptant en plus les absences de Maqueda, Davyes, Gharbi et d'un Camarero à 30%... Le "H" est t'il en mesure de créer un exploit monumental ? La jeunesse (Nyateu et Camarero en tête) attaque tambour battant l'impressionnant bloc adverse. Aucune question à se poser, O'brian Nyateu emballe le match par quelques récupérations de balles bien senties. Début de match timide voire nonchalant côté Allemand, ce Fuchse Berlin est-il si serein que cela ? Pas si sur... surtout lorsque Florian Delecroix fait une entrée remarquée à la 10ème minute (6-3).

Très dynamique, la base arrière Nantaise trouve aisément des solutions de shoots... une déconcertante facilité qui agace un Jesper Nielsen pénalisé au quart d'heure de jeu. Première mi-temps marquée par la réussite d'un Delecroix décidemment culotté. Passé 17 minutes compliquées, Berlin peut heureusement compter sur Silvio Heinevetter pour juguler la furia locale (10-8, 21'). Mais l'attaque du Fuchse (Jaszka et Horak notamment) s'empêtre dans la toile tissée par Roch Feliho et les minots du "H". Le centre de formation local (Delecroix, Tournat, Lagarde ou dans un passé récent Nyateu et Camarero) est décidemment en verve durant ce premier acte (12-9, 25')... sans complexe, Nantes a fait le moitié du chemin à la pause.

Les Violets ont mis de l'intensité dans le combat... Sauront-ils capable de maintenir ce niveau pendant toute heure de jeu ? La crainte est palpable quand Nielsen trouve l'espace plein centre au retour des vestiaires (13-12, 33'). Berlin accumule quelques immanquables qui l'empêche pour l'heure d'égaliser, la résistance Nantaise est elle symbolisée par Nicolas Claire et Florian Delecroix... ces deux-là sont précieux pour garder un temps d'avance (16-13, 37').

HORAK EMPECHE BERLIN DE COULER

Dans le même temps, la défense haute du "H" demande concentration et combativité à tout instant : à la différence de sa fin de match à Dunkerque, Nantes garde de la lucidité en seconde période. L'expérience des vieux grognards du Fuchse (Horak et Igropoulo) est là pour faire progressivement pencher la balance (19-19, 45'). Egalité à 14 minutes de la sirène... Tout est à reconstruire... Et si l'exploit était encore possible : Romain Lagarde sonne ainsi le renouveau Nantais à la 47ème minute. L'international jeune Tricolore est intenable face à la défense Allemande (24-22, 53').

Beaulieu remet de l'ardeur à l'applaudissement... Il reste cinq minutes pour placer un improbable 4-0. Money-time durant lequel chaque équipe surveillera le duo arbitral : Camarero pris par la patrouille à la 56ème minute. Qu'importe... même en infériorité numérique, le "H" allie courage et discipline.... Nyateu récupère un second ballon pour signer un impensable +3. Berlin tremble de tous ses membres lorsque Nicolas Claire martyrise Heinevetter. En face, Jazska joue la montre et Nantes vient mourir à un tout petit but : le goal-average est défavorable, une issue terriblement frustrante pour ce "H" monté sur ressorts... Rageant au vu de cette débauche d'énergie fournie par des jeunes Nantais sans complexes et qui ont sûrement beaucoup appris de cette double confrontation.

Commentaires d'après-match :

Thierry Anti (entraîneur du HBC Nantes) :
"C'est douloureux d'être éliminé de la Coupe d'Europe. Perdre de cinq buts à Berlin avec l'équipe que l'on avait, c'était déjà une performance. Gagner de cette façon-là au match retour, c'est une grosse performance. J'ai dit à mes joueurs qu'ils pouvaient être fiers du match produit. Ca s'est joué sur des détails... mais ce que je retiens avant tout, c'est qu'on est capable de faire trembler Berlin : les joueurs vont se servir de ça pour gagner mercredi contre Sélestat".

Dagur Sigurdsson (entraîneur du Fuchse Berlin) :
"Nous savions que ça allait être dur et ce fut le cas. Nantes est une belle équipe et l'atmosphère était formidable. De notre côté, on a fait des fautes qu'il n'aurait pas fallu faire".

A Nantes, palais des sports de Beaulieu
Le samedi 29 novembre 2014 à 20h30
HBC Nantes - Füchse Berlin : 28-23 (Mi-temps : 13-11)
4.800 spectateurs
Arbitres :
MM. Oyvind TOGSTAD & Rune KRISTIANSEN (Norvège)
Délégué :
M. Klaus-Dieter CONVENTS (Belgique)

Nantes
Gardiens : Schulz (8 arrêts dont 2/2 pen.), Skof (4 arrêts dont 1/2 pen), Salmon.
Joueurs de champ : Nyateu (5/6), Camarero (0/1), Claire (7/11), Rivera Folch (5/7 dont 2/2 pen.), Anic (1/2), Feliho (0/1), Tournat (1/1), De la Bretèche, Toumi (1/2), Kiala, Delecroix (6/13), Lagarde (2/5).
Entraîneur : Anti.

Füchse Berlin
Gardiens : Heinevetter (12 arrêts dont 0/2 pen.), Stochl.
Joueurs de champ : Romero Fernandez (2/8), Horak (6/8), Igropulo (2/5 dont 2/3 pen.), Löffler, Wiede (1/1), Thümmler, Nenadic, J. Nielsen (3/5), Petersen (5/7), Drux (2/4), Weyhrauch, Zachrisson (2/2), Jaszka (0/2), K. Nielsen.
Entraîneur : Sigurdsson.

© Davy Bodiguel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités