mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro Fem: Norvège-Espagne en finale... de rêve
Euro Fem: Norvège-Espagne en finale... de rêve
19 Décembre 2014 | International > Euro

Il y aura comme un air de déjà-vu à la Papp Laszlo aréna de Budapest dimanche : les Espagnoles tenteront d'empêcher la Norvège de reconquérir son titre perdu il y a deux ans. De son côté, la Suède devra rivaliser de créativité pour abattre un Monténégro à bout de force.

Sur le fil, l'Espagne sort le tenant du titre

Sa faute sur Estavana Polman avait empêché la Néerlandaise de jouer contre la France : lors du match entre la Suède et le Monténégro, son geste violent à l'encontre de Linnea Torstensson n'a cette fois pas échappé à la vigilance des arbitres et Suzana Lazovic a été de fait, privée de demi-finale par l'EHF. Sans pivot, les Monténégrines ont douté et passé 50 minutes avant de trouver comment faire sans elle. Résultat: leur timidité leur a sans doute coûté la victoire.

Dès le départ, les Espagnoles profitent du manque d'assurance et des erreurs à répétition des joueuses des Balkans : Marta Mangué donne le "la", Elisabet(h) Chavez et Pinedo (5 buts) la suivent et les Ibères mènent déjà 11-4 à la 22'. Auteur d'une mi-temps titanesque, Silvia Navarro (50% d'arrêts sur le match) n'a encaissé que 8 buts à la pause : une assurance en prévision de la rébellion à venir ? Ça aurait pu : au retour, les Monténégrines se maintiennent dans le match tant bien que mal et c'est l'entrée de Marina Rajcic dans les cages qui renverse la vapeur. Ses arrêts à répétition (64% !) font taire les Espagnoles pendant 14 longues minutes que Jovanovic et ses coéquipières ne mettront jamais à profit pour revenir. On assiste alors à un moment surréaliste : lors d'un temps mort, Dragan Adzic, -qui reconnaît par ailleurs le manque de profondeur de son banc - s'adresse à ses joueuses affalées sur la touche, alors que les remplaçantes s'activent pour leur procurer de l'air à grands coups de serviette. Il faut croire que le système a fonctionné puisqu'à partir de la 53', Radicevic (6 buts) puis Mehmedovic sont au relais par 4 fois au pivot : à 2 minutes du buzzer final, les Monténégrines reviennent à un but (17-18) d'Espagnoles qui se sont fait sérieusement peur mais ont su gérer efficacement leur deuxième mi-temps peu prolifique.

A l'issue du match, l'entraîneur monténégrin Dragan Adzic accusait le coup : "Nous avons joué un match très compliqué et physique face à la Suède. Hier, nous avons passé 5 heures dans le bus pour faire la liaison entre Zagreb et Budapest : aujourd'hui, nous étions fatigués". Les Espagnoles, qui n'ont pas à rougir, affichaient un sourire de circonstance : après plusieurs années difficiles en championnat d'Europe (11èmes en 2010 et 2012), elles renouent avec leur performance de 2008 et se qualifient pour la finale.

Monténégro : Marina Rajcic (7/11, 64%), Sonja Barjaktarovic (4/19, 21%) - Radmila Petrovic (2/3), Biljana Pavicevic (2/2), Jovanka Radicevic (6/8), Marija Jovanovic (2/7), Andjela Bulatovic (1/3), Andrea Klikovac, Djurdjina Jaukovic, Djurdjina Malovic (0/1), Katarina Bulatovic (4/10), Ema Ramusovic, Majda Mahmedovic (1/2), Jelena Despotovic, Milena Knezevic.

Espagne : Silvia Navarro (18/36, 50%) - Marta Lopez (0/1), Carmen Martin (0/4), Maria Nunez, Beatriz Fernandez (1/1), Marta Mangué (4/5), Macarena Aguilar (1/2), Elisabet Chavez (3/6), Elisabeth Pinedo (5/7), Beatriz Escribano, Nerea Pena (3/6), Lara Gonzales (0/1), Patricia Elorza, Naiara Egozkue, Alexandrina Cabral (2/5).



La Norvège maîtrise la Suède

Après un premier tour sans accroc, les deux équipes avaient concédé leur dernier match dans des conditions différentes : déjà qualifiée, la Norvège a pu se permettre de reposer ses cadres, mais aussi Sanna Solberg et Camilla Herrem, malades. À Zagreb, la Suède devait gagner pour éviter cette Norvège : elle s'est inclinée face au Monténégro dans un match qui a laissé des traces visibles dès les premières minutes pendant lesquelles les Norvégiennes s'envolent (9-3 à la 14'), laissant imaginer un match à sens unique. Mais les coéquipières d'Isabell Gullden, élue meilleure joueuse, ont su réagir pour faire briller leur meneuse (9 buts) et se relancer (10-9 à la 25') : en échec face à une Silje Solberg toujours efficace (39%), elles passeront néanmoins la fin de la rencontre à courir après le score. À la 40', Camilla Herrem initie une série de 4 buts (22-17 à la 46') qui sera fatale aux Suédoises. Intouchables dans cet Euro, les Norvégiennes mettent fin au beau parcours des bleues et jaunes : elles devront battre à nouveau l'Espagne (vaincue au tour principal) pour retrouver leur couronne.


Norvège : Silje Solberg (14/36, 39%), Emily Sando (0/3) - Betina Riegelhuth (1/2), Emilie Arntzen, Veronica Kristiansen (3/6), Ida Alstad (2/6), Heidi Løke (6/9), Karoline Dyhre Breivang (0/1), Nora Mørk (5/10), Stine Bredal Oftedal (3/7), Ida Björndalen, Linn-Kristin Riegelhuth Koren (4/4), Maja Jakobsen, Camill Herrem (3/4), Sanna Solberg (2/2), Pernille Wibe.

Suède : Johanna Bundsen (1/8, 13%), Filippa Idehn (7/28, 25%) - Ulrika Agren, Hanna Fögelström (1/1), Linn Blohm, Jamina Roberts (1/1), Louise Sand (2/4), Johanna Ahlm (1/5), Linnea Tortensson (2/4), Isabelle Gullden (9/15), Jessica Helleberg (1/3), Nathalie Hagman (2/2), Sabina Jacobsen (0/1), Ida Oden (3/8), Jenny Alm (2/3), Anna-Maria Johansson (1/2).

© Amélie Huhn
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live avec Handvision

Les lives sont mis en place via l’association Handvision (www.handvision.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs de la Ligue, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute.