mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro : Les Bleus dans le bon wagon
Euro : Les Bleus dans le bon wagon
29 Avril 2015 | International > Euro

Pas simple, mais gagnant, voilà le bilan du déplacement des Bleus en Macédoine. On savait que le voyage à la Halle Boris Trajkovski face à la bande de Kiril Lazarov serait un tournant dans le groupe 6 des qualifications à l’Euro Polonais. Effectivement, tout fut dur, au combat et demandant 100% d’engagement. Mais au final la victoire 27-25 des Tricolores leur ouvre en grand la route vers la Pologne. Encore un effort dimanche à Toulouse face à ces mêmes Macédoniens, et l’affaire sera bouclée pour de bon.

Tout avait pourtant parfaitement commencé avec des Bleus ultra dominateurs dès l’entame de match mais le premier petit grain de sable allait tout gripper. Une exclusion de Nikola Karabatic après deux défenses un peu limite et la Macédoine connaissait son premier temps fort au point d’infliger un 4-0 à des Bleus qui se retrouvaient menés 6-5. On entrait alors dans le rude, le pénible et surtout le difficile. Chaque attaque bleue devait être arrachée aux forceps et la défense avait de gros problèmes pour tenir en respect ce diable de Stojanche Stoilov et ses largement 135 kilos sur la balance et des mains de fée pour enquiller but sur but au poste de pivot. Il fallait un bon quart d’heure pour arriver à calmer la déferlante, heureusement pendant ce temps, Michael Guigou avait quelques superbes fulgurances, le duo Barachet – Porte alimentait la marque dès qu’un espace se créait et les pivots que ce soit Cédric Sorhaindo ou Luka Karabatic trouvaient de belles solutions notamment sur jeu de transition. La fin de première période allait sonner le retour en verve des Tricolores. Tranquillement, s’appuyant sur un Thierry Omeyer qui remettait la machine à arrêts en route et logiquement les Macédoniens commençaient à baisser de rythme. Cela donnait deux petits buts d’avance mais pas vraiment une vraie marge de manœuvre au moment d’aborder les 30 minutes suivantes.

Surtout que rapidement, William Accambray devait sortir, touché au genou après un choc avec le suave Jonovski. Claude Onesta était obligé de lancer pour de bon Timothey N’Guessan qui avait déjà humé l’air de la Halle Boris Trajkovski en première période. Si le Chambérien allait montrer toute sa puissance, il allait aussi faire les questions et les réponses, enchainer les actions d’éclat et les bourdes, avec au final un bilan plus positif que négatif. Comme autour de lui, Michael Guigou utilisait la moindre faille, Luc Abalo faisait parler les jambes et Cédric Sorhaindo trouvait encore quelques espaces, les choses tournaient un peu au vinaigre pour les locaux avec un débours de 5 buts qui obligeait Ivica Obvran à prendre son temps mort à la 40° minute. Temps mort payant comme en première période et la Macédoine, toujours avec ce diable de Stojanche Stoilov revenait au contact des Bleus et s’engageait dans un money-time un peu irrespirable. Plus personne ne trouvait de solution, les arrières français manquaient totalement de percussion et de course vers le but, Petre Angelov faisait un gros show dans les buts pour répondre à celui de Thierry Omeyer et on commençait à sentir la possibilité d’un gros coup de Trafalgar pour la France. Heureusement, le retour de Michael Guigou à l’aile qui envoyait Kentin Mahé en demi-centre et le Hambourgeois délivrait les Bleus en plantant un tir en appui venu d’ailleurs à la limite du refus de jeu pour donner le +2 et les deux points pour les Bleus.

Deux points qui leur octroient un vrai avantage au classement de ce groupe 6 (3 points d’avance) et à venir un match retour à Toulouse qui pourrait donner une qualification tranquille pour les tenants du titre qui au final n’auraient pas trop souffert de cette nouvelle règle EHF qui veut que le tenant soit obligé de passer par les poules de qualifications. Mais attention, même si cela ne se jouera pas sur les terres des Macédoniens, cette équipe a prouvé qu’elle avait de vrais arguments à faire valoir et que comme sur ce match, il ne faut pas s’attendre à avoir une Macédoine en victime expiatoire de ce match retour dominical.

A Skopje, Halle Boris Trajkovski
Le mercredi 29 avril à 20H15
Macédoine - France : 25 - 27 (Mi-temps : 13-15)

6 800 spectateurs
Arbitres :
MM Péter Horváth et Balázs Marton (Hongrie)

Statistiques :
France
Gardiens :
Omeyer 60' 12 arrêts dont 0/3 pen. Gérard
Joueurs : Guigou 6/7 dont 2/2 pen, N'Guessan 5/8 buts, Nikola Karabatic 3/6, Luka Karabatic 3/3, Barachet 2/3, Sorhaindo 2/3, Porte 2/4, Abalo 1/6, Accambray 1/3, Mahé 1/1, Joli 1/2 dont 0/1 pen, Claire.

Macédoine
Gardiens :
Ristovski 18' 0 arrêt, Angelov 41' 12 arrêts dont 1/3 pen.
Joueurs : K. Lazarov 8/16 dont 3/3 pen, Manaskov 5/5, Stoilov 4/5, Georggievski 4/4, Mirkulovski 3/5, Jonovski 1/1, Mojovski 0/4, Pribak 0/1, F. Lazarov 0/3, Ojleski 0/1.

Evolution du score : 1-3 5°, 4-5 10°, 7-7 15°, 10-10 20°, 12-14 25°, 13-15 MT - 15-18 35°, 17-22 40°, 21-23 45°, 23-26 50°, 24-26 55°, 25-27 FT

Le point sur le groupe 6 : Dans l'autre match de la soirée, la République Tchèque a enterré les espoirs un peu fous de qualification de la Suisse en s'imposant à Schaffhausen 30-26.

Clt

 

Pts

Joués

Gagnés

Nul

Perdus

Buts pour

contre

G.A

1

France

6

3

3

0

0

101

74

27

2

Macédoine

3

3

1

1

1

79

74

5

3

Rép. Tchèque

3

3

1

1

1

82

94

-12

4

Suisse

0

3

0

0

0

70

90

-20

© François Dasriaux
Partager
    Identification nécessaire pour ajouter une réaction
    Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
    (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
    joueurs | équipe | actualités